Les actes du colloque du Collège de France ont parus !

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution en ligne des actes du colloque international organisé au Collège de France (30-31 mars 2016) : Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, sous la direction de Jean-Pierre Brun, Thomas Faucher, Bérangère Redon et Steven Sidebotham

Le livre est entièrement accessible en ligne : http://books.openedition.org/cdf/4932

Présentation

Cet ouvrage est issu d’un colloque qui s’est tenu au Collège de France à Paris les 30 et 31 mars 2016.

Son objectif était de faire le point sur les travaux archéologiques des quarante dernières années en réunissant tous les acteurs de terrain invités à présenter une synthèse de leurs recherches sur l’occupation et l’exploitation du désert de l’époque ptolémaïque à la fin de la période byzantine.

Résumé

Le désert Oriental d’Égypte occupe une vaste étendue de montagnes et de plaines sablonneuses entre le Nil et la mer Rouge. Ses richesses naturelles – or, gemmes et pierres de grande qualité (granite du Mons Claudianus, de Tiberianè ou de l’Ophiades, porphyre du Porphyritès, basanites [Grauwacke], etc.) – ont, malgré les difficultés dues aux dures conditions climatiques, été exploitées dès l’époque prédynastique. Les pharaons, les Ptolémées, puis les empereurs romains y ont fréquemment envoyé des expéditions pour extraire ces minerais et ces pierres.Le désert était aussi la voie de passage obligé pour tous les trafics avec les contrées bordant la mer Rouge et l’Océan Indien. Expéditions et entreprises commerciales commencées dès l’Ancien Empire, connurent une grande expansion à partir de l’époque ptolémaïque. Le commerce porta d’abord sur les épices, les résines odorantes et les gemmes, puis à l’époque romaine, sur une large palette de produits exotiques incluant aussi des perles, des pierres précieuses, des étoffes, etc.Les sites archéologiques de cette région pratiquement inaccessibles pour des raisons logistiques étaient restés, jusqu’à très récemment, dans un état de conservation exceptionnel. Entre la fin des années 1970 et 2012, des équipes américaines, anglaises, italiennes et françaises ont ainsi pu prospecter ou fouiller des centaines de sites dont l’exploration a fait considérablement avancer nos connaissances sur l’exploitation de l’or sous les Ptolémées et les empereurs byzantins, sur les carrières de granite et de porphyre ouvertes par les empereurs romains et sur le commerce avec l’Arabie et l’Inde à travers les ports de Myos Hormos et de Bérénice…


Citer ce billet
Bérangère Redon (2018, 4 avril). Les actes du colloque du Collège de France ont parus ! Désert Oriental. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nj8k