Ghozza et Deir el-Atrash: nouvelles aventures

Les visites effectuées par la MAFDO cet hiver et les hivers précédents ont montré l’état de destruction avancée de la plupart des sites du désert Oriental situés au sud du wadi Hammamat. Ces destructions rendent extrêmement délicates les opérations, avec des coûts de fonctionnement importants, ne serait-ce que pour déblayer les parties endommagées par les bulldozers. Au nord de cette ligne, il semble en revanche que les sites antiques soient mieux préservés. Les destructions ont été l’œuvre des compagnies minières dans un passé plus ou moins proche. L’expérience de l’équipe montre qu’il est possible de discuter avec ces compagnies minières et que leur intérêt pour les vestiges est élevé, à partir du moment où elles sont informées.

Deux nouveaux sites à explorer

Parmi les sites visités récemment par notre équipe, celui de Ghozza se détache particulièrement par sa bonne préservation. Surtout il reproduit les caractéristiques principales des sites de Samut Nord et de Bi’r Samut, à savoir la présence simultanée d’un fort, de structures liées à l’activité minière et d’un site minier (filon, galeries).

Vue générale du site de Ghozza (© A. Rabot, MAFDO)

Ghozza est localisé dans la frange la plus septentrionale de la zone où l’on peut déceler une activité minière dans l’Antiquité, ce qui est heureux puisqu’il n’a pas encore intéressé les compagnies minières. Le fortin ainsi que le village de mineurs sont dans un état de conservation exceptionnel de sorte qu’on peut s’attendre à retrouver intactes les traces d’occupation de leurs habitants. L’état de la mine n’est pas moins exceptionnel puisque l’activité d’extraction principale semble dater de l’époque ptolémaïque et qu’aucun signe de réexploitation postérieure n’apparaît. C’est sans doute une situation unique pour le désert Oriental. Cela ouvre des perspectives extrêmement encourageantes puisqu’il sera possible, non seulement d’avoir un état des lieux de l’exploitation pour cette période, sans pollution postérieure, mais également de mener des études sur les volumes extraits et donc, in fine, sur les quantités d’or produites dans l’Antiquité.

Le travail sur le site de Ghozza et l’implantation de notre camp sur place offrent en outre la possibilité de travailler sur un fortin voisin, Deir el-Atrash.

Vue satellite du site de Deir el-Atrash (© GoogleMap)

Ce site, extrêmement bien préservé, avec des élévations de plus de 3 m encore en place, a semble-t-il été occupé à l’époque romaine et romaine tardive. Il est situé à 8 km à vol d’oiseau au nord de Ghozza. Il offrira un complément intéressant à nos travaux sur la mine ptolémaïque. Julie Marchand, spécialiste de la période, sera en charge de la supervision des travaux menés à Deir el-Atrash. Les études menées sur le district auront donc un aspect diachronique, telles qu’ont pu l’être les études menées dans le district de Samut, où les travaux, s’ils ont été particulièrement centrés sur la période ptolémaïque, n’ont pas négligé les vestiges voisins du Nouvel Empire et d’époque omeyyade.


L’équipe

Les membres de l’équipe habituelle seront cette année encore présents. Plusieurs nouveaux chercheurs nous rejoindront, qui étofferont l’expertise de la mission sur plusieurs sujets.

Thomas Faucher et Bérangère Redon, assistés d’Isabelle Goncalves, conduiront les fouilles du village et de la mine de Ghozza, accompagnés de 35 ouvriers égyptiens, sous la direction du raïs Bughdadi Mohamed Abdallah. Julie Marchand sera à la tête des fouilles du fort de Deir el-Atrash, avec la collaboration de Joachim le Bomin.

Alexandre Rabot sera en charge du SIG. Il sera appuyé par Damien Laisney, en charge également du relevé topographique des deux sites fouillés. Enfin, Gaël Pollin, photographe de l’Ifao, sera chargé des relevés photogrammétriques à réaliser sur le terrain, avec la participation ponctuelle de Damien Laisney et Alexandre Rabot. Maël Crépy, géographe et géomorphologue, travaillera sur les ressources en eau des sites explorés – en particulier une vaste dépression située à l’ouest de Ghozza et qui, selon certains, serait un hafir (retenue d’eau artificielle).

Le géologue Markos Vaxevanopoulos sera de nouveau accueilli par l’équipe. Spécialiste des mines anciennes de Grèce du Nord, et notamment des fameuses mines du Pangée, il mènera avec Th. Faucher et Maël Crépy les prospections à la recherche des sites miniers du district de Ghozza. Il conduira aussi une étude plus précise sur la mine ptolémaïque de Ghozza. Son expertise de géologue apportera de nouvelles données sur les différentes zones géologiques du désert Oriental. Il mènera aussi une réflexion sur les prospections anciennes et les moyens pour les mineurs de l’époque ptolémaïque de connaître la nature des gisements et d’envisager leur exploitation.

Les ostraca grecs mis au jour lors de la prochaine campagne seront lus par Hélène Cuvigny et Adam Bülow-Jacobsen, et les ostraca démotiques par Marie-Pierre Chaufray.
Les monnaies seront étudiées par Thomas Faucher. La céramique sera analysée par Jennifer Gates-Foster, assistée par Julie Marchand pour la céramique d’époque romaine et romaine tardive. Les céramologues recevront l’assistance, pour le dessin de la céramique et des petits objets, de Mariola Hepa. Noémi Villars, qui rejoint la mission cette année, sera en charge de l’enregistrement des données produites sur le terrain dans la base de données qu’elle a créée spécifiquement pour la mission.

Après la campagne de fouille, lors de missions d’étude, les macro-restes végétaux seront étudiés par Charlène Bouchaud, assistée de Vladimir Dobrowksi pour les analyses en laboratoire ; les ossements et le cuir seront analysés par Martine Leguilloux et les textiles par Dominique Cardon.

Bilan des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte

Un bilan des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte qui se sont déroulées au Caire, à l’Ifao, du 2 au 4 mai dernier, a été publié par Marie-Odile Rousset, chargée de l’organisation de ces journées, sur le blog ArchéOrient.

Durant cette rencontre, Julie Marchand (post-doc HiSoMA) a présenté une communication sur « la réoccupation du désert Oriental au début de l’époque médiévale », en s’appuyant notamment sur les travaux qu’elle a conduits, avec Alexandre Rabot (Lyon 2, HiSoMA) dans le cadre de la MAFDO, dans deux villages de mineurs du district de Samut.

De tristes nouvelles du district de Samut (janvier 2017)

Depuis 2012, le désert Oriental d’Égypte est envahi par des hordes de chercheurs d’or.

Les vestiges antiques, souvent situés à proximité des filons, subissent les conséquences de cette ruée vers l’or et d’irréparables dommages sont actuellement faits au patrimoine égyptien. Plusieurs sites ont été entièrement détruits, notamment le fortin ptolémaïque et les installations pharaoniques de Barramiya.

La disparition du fort de Barramiya, au centre (images satellite GoogleEarth datées de 2010 et 2015)

Les deux sites fouillés par notre mission entre 2014 et 2016, Bi’r Samut et Samut nord, avaient jusque là échappé à des destructions massives, malgré des attaques importantes durant les années 2013 et 2014. Grâce à notre présence sur place et à la collaboration mise en place avec une compagnie minière, nous avions même réussi à stopper des travaux destructeurs sur le site de Samut nord. Durant trois campagnes, nous avons fouillé et documenté du mieux que nous avions pu ces deux sites majeurs pour l’histoire de l’Égypte ptolémaïque, dans des conditions de travail parfois difficiles.

Mais une visite effectuée en janvier 2017 sur les deux sites (alors que nous étions en train de fouiller le fort d’Abbad) nous a permis de constater que les destructions avaient repris. Samut nord, un site minier exceptionnel, équipé de moulins merveilleusement préservés en 2015, est littéralement en train de disparaître, alors que les chercheurs d’or grignotent la montagne avec leurs engins mécaniques.

Le site de Samut, entièrement ravagé par les chercheurs d’or (© MAFDO, G. Pollin, janvier 2017)

Le fortin de Bi’r Samut a aussi été attaqué par les bulldozers. Ce qui était le plus grand et le plus beau fort ptolémaïque du désert n’est aujourd’hui qu’une ruine démembrée.

Le bastion nord de Bi’r Samut, en janvier 2015 et janvier 2017 (© MAFDO, A. Bülow-Jacobsen et G. Pollin)

Si rien n’est fait, ces deux joyaux du patrimoine égyptien auront disparu à jamais dans les prochains mois, de même que de nombreux autres sites du désert.

Le Prix Clio attribué à la mission du désert Oriental

prixclioLe Prix Clio pour la recherche archéologique (1er Prix ex aequo) a été décerné à Bérangère Redon et Thomas Faucher pour soutenir les travaux de la Mission archéologique française du Désert Oriental.

L’équipe de la MAFDO tient à exprimer ses remerciements et sa reconnaissance envers le jury du Prix Clio, présidé par le professeur Jacques des Courtils, assisté des professeurs Pierre Chuvin, Pascal Darcque, Pierre-Louis Gatier, Olivier Picard, Françoise Dunand et Jean Guilaine.

Deux articles sur Samut nord parus dans Egyptian Archaeology

Deux articles sur les installations liées à l’exploitation de l’or à Samut nord ont récemment paru dans les numéros 46 et 48 de la revue Egyptian Archaeology.

Ils peuvent être téléchargés en cliquant sur les liens ci-dessous :

 

Colloque « Les vaisseaux du désert », Lyon, 15-16 sept. 2016

 2016_Lyon_VaisseauxDesert_afficheDamien Agut (ArScAn) et Bérangère Redon (HiSoma) organisent, à Lyon, le colloque international intitulé Présence et usages du chameau (Camelus dromedarius) entre le Tigre et le Nil du milieu du Ier millénaire av. J.-C. à l’époque romaine.

La conférence réunira quatorze chercheurs, philologues, archéologues, archéozoologues et agronome, qui travaillent actuellement en Arabie saoudite, en Égypte et au Proche-Orient. Trois communications seront données par des membres de la mission archéologique française du désert Oriental.


Programme :

Jeudi 15 septembre 2016

  • 9h30 : accueil des participants
  • 10h : discours de bienvenue de Véronique Chankowski, directrice du laboratoire HiSoMA
  • 10h15 : Damien Agut (CNRS, ArScAn), Bérangère Redon (CNRS, HiSoMA), Introduction
  • 10h45 : Laura Cousin (Univ. Paris 1, ArScAn), Le chameau dans le Proche-Orient ancien : présentation des documentations épigraphique et iconographique
  • 11h15 : Pierre-Louis Gatier (CNRS, HiSoMA), Le chameau, bête de somme dans le Proche-Orient hellénistique, romain et protobyzantin
  • 11h45 : Michael Macdonald (Khalili Research Centre, Oriental Institute), ‘Kilroy and his camel’. The dromedary of ancient Arabia in the graffiti of its masters

12h15-14h : pause

  • 14h : Anja Prust, Arnulf Hausleiter (DAI Berlin), Camel exploitation at the oasis of Tayma, Northwest Arabia 
  • 14h30 : Laïla Nehmé (CNRS, Orient et Méditerranée), Le dromadaire dans le domaine nabatéen, état de la question à travers les sources épigraphiques et archéologiques
  • 15h : Jacqueline Studer (Museum d’histoire naturelle de Genève), Les vestiges de camélidés du Levant et d’Arabie : problèmes d’identification et d’interprétation

15h30-16h : pause

  • 16h : Bernard Faye (CIRAD), Du vaisseau du désert à l’animal zootechnique : les mutations actuelles du chameau 

16h30 : discussion

Vendredi 16 septembre 2016

  • 9h : Damien Agut (CNRS, ArScAn), Les gml.w de ‘Ayn Manâwir (oasis de Kharga, Égypte) au Ve siècle av. J.-C. : la plus ancienne attestation d’un camélidé dans la documentation démotique
  • 9h30 : Hélène Cuvigny (CNRS, IRHT), Les chameaux dans les ostraca grecs de Bi’r Samut (désert Oriental d’Égypte)
  • 10h : Marie-Pierre Chaufray (CNRS, Ausonius), Les chameaux dans les ostraca démotiques de Bi’r Samut (désert Oriental d’Égypte)

10h30-11h : pause

  • 11h : Martine Leguilloux (Centre archéologique du Var), Camelus ou Equus : le rôle des dromadaires sur les stathmoi et praesidia du désert Oriental d’Égypte
  • 11h30 : Geneviève Galliano (Musée des Beaux-Arts de Lyon), Les dromadaires en terre cuite de Coptos (Haute-Égypte)

12h : discussion générale et conclusions

Informations complémentaires

Le programme de la rencontre est téléchargeable en suivant le lien suivant : 2016_Lyon_VaisseauxDesert_programme.

Pour plus d’informations : http://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/rencontres-scientifiques/les-vaisseaux-du-desert

Conférence de Thomas Faucher à la Maison de l’Or en Limousin

Chalard2Thomas Faucher donnera une conférence intitulée « L’or des rois d’Égypte, d’Alexandre à Cléopâtre », à la Maison de l’Or en Limousin le 25 juin 2016, à 15h.

La Maison de l’Or est située au Chalard, connu pour ses mines d’or qui y furent exploitées dès l’époque gauloise.

Adresse : La Maison de l’Or en Limousin – Rue de Paladas – 87500 LE CHALARD

 

Carnets de la mission archéologique française du désert Oriental

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search