Première campagne de fouille à Samut – 13 janvier-6 février 2014

La première campagne de fouille de notre équipe dans le district de Samut s’est déroulée du 13 janvier au 6 février 2014. Elle a été précédée d’une mission photographique dans les réserves du magasin du CSA à Kuft, du 20 décembre 2013 au 16 janvier 2014.

En raison de destructions récentes qui ont touché les deux sites majeurs du district (Samut nord et Bir Samut), nous avons dû adapter notre programme au contexte et fouiller en priorité les vestiges les plus menacés d’une disparition rapide.

1. Travaux de terrain
Nous avons ainsi concentré nos efforts sur :
– les dépotoirs de Bir Samut, sous la direction de Jean-Pierre Brun et du raïs Baghdadi Mohamed Abdallah ;

Vue satellitaire de Bir Samut (cliché Geo-Eye1) avec la localisation des dépotoirs et des traces de pelles mécaniques (©mission française du désert Oriental)
Vue satellitaire de Bir Samut (cliché Geo-Eye1) avec la localisation des dépotoirs et des traces de pelles mécaniques (© mission française du désert Oriental)

– le bâtiment 1 de Samut nord, fouillé par Thomas Faucher et Bérangère Redon ;
– quelques installations techniques (four, forge, laveries ?) de Samut nord, étudiées par Jean-Pierre Brun et Thomas Faucher, avec l’aide de Florian Téreygeol, Adrien Arles et Joseph Gauthier ;

Localisation des zones fouillées à Samut nord lors de la mission 2014 (mission française du désert Oriental, fond : cliché GeoEye 1)
Localisation des zones fouillées à Samut nord lors de la mission 2014 (mission française du désert Oriental, fond : cliché GeoEye 1)

– la mine de Samut nord, explorée et relevée (en photogrammétrie) par Florian Téreygeol, Adrien Arles et Joseph Gauthier.

Descente dans la mine de Samut nord (© B. Redon, mission française du désert Oriental)

Vue de l'intérieur de la mine de Samut nord (© A. Arles, mission française du désert Oriental)
Vue de l’intérieur de la mine de Samut nord (© A. Arles, mission française du désert Oriental)

 Olivier Onézime a effectué le relevé topographique des deux sites ; il a aussi fait, avec Gaël Pollin, deux relevés photogrammétriques d’une porte, trouvée en place dans le bâtiment 1 de Samut nord, et de la cuisine de ce même bâtiment. Gaël Pollin a également réalisé un film sur nos travaux.

La cuisine du bâtiment 1 de Samut nord (© O. Onézime, Gaël Pollin, mission française du désert Oriental)
La cuisine du bâtiment 1 de Samut nord (© O. Onézime, Gaël Pollin, mission française du désert Oriental)

2. Étude du matériel
Un peu plus de 400 ostraca, dont la moitié sont écrits en grec, et l’autre moitié en démotique, ont été mis au jour, principalement dans les dépotoirs de Bir Samut. Ils ont été déchiffrés par Adam Bülow-Jacobsen, Marie-Pierre Chaufray et Hélène Cuvigny. Encore en cours d’analyse, ce sont essentiellement des comptes (de nourriture, d’eau), des listes de noms et des lettres.
Le matériel céramique de Samut nord a été étudié par Jean-Pierre Brun, avec l’aide de Khaled Zaza pour les dessins. La céramique de Bir Samut sera étudiée par Jennifer Gates-Foster au cours de l’année.

Amphore - Samut nord, salle 23 (© Adam Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)
Amphore (© Adam Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)

Charlène Bouchaud enfin a pris en charge l’étude des macro-restes végétaux de Samut (charbons de bois, restes de fruits et de graines). Après avoir tamisé les échantillons prélevés par les archéologues (et constitués essentiellement de cendres et de « soil samples » prélevés dans les fours du bâtiment 1 de Samut nord et dans les dépotoirs de Bir Samut), elle a procédé à une première analyse des restes carbonisés ou desséchés à l’œil nu puis à la loupe binoculaire. Pour permettre des analyses plus fines, 77 échantillons ont ensuite été exportés au laboratoire d’analyse des matériaux de l’IFAO.

Prélèvement de cendres dans la salle 126 du bâtiment 1 (© B. Redon, mission française du désert Oriental)
Prélèvement de cendres dans la salle 126 du bâtiment 1 (© B. Redon, mission française du désert Oriental)

3. Équipe (pour une présentation plus détaillée, voir la page “Membres“)
 Pour cette mission 2013-2014, l’équipe était constituée de :

  • Bérangère Redon (directrice, archéologue, CNRS, HiSoMA, Lyon) ;
  • Thomas Faucher (directeur adjoint, archéologue, numismate, CNRS, IRAMAT, Orléans) ;
  • Adrien Arles (archéométallurgiste, spéléologue, responsable d’opération, ARKEMINE Sarl) ;
  • Charlène Bouchaud (archéobotaniste, Museum national d’histoire naturelle, Paris) ;
  • Adam Bülow-Jacobsen (papyrologue, photographe) ;
  • Jean-Pierre Brun (archéologue, céramologue, Collège de France) ;
  • Marie-Pierre Chaufray (papyrologue, université de Bordeaux) ;
  • Hélène Cuvigny (papyrologue, CNRS, IRHT, Paris) ;
  • Joseph Gauthier (archéométallurgiste, spéléologue, post-doctorant, universités de Haute Alsace et de Bochum) ;
  • Olivier Onézime (topographe, IFAO) ;
  • Gaël Pollin (photographe, IFAO) ;
  • Florian Téreygeol (archéométallurgiste, spéléologue, CNRS, IRAMAT UMR 5060, Belfort) ;
  • Khaled Zaza (dessinateur, IFAO).

Mahmoud Ahmed Hussein représentait le Conseil Suprême des Antiquités. Par ailleurs, 21 ouvriers ont travaillé sous la direction de Baghdadi Mohamed Abdallah. 

La mission était financée par le Ministère français des affaires étrangères, l’Institut français d’archéologie orientale ; nous avons aussi reçu le soutien financier de l’UMR 5189 du CNRS (HiSoMA) et du programme AGRUMED (projet EnviMed coordonné par V. Zech-Matterne, UMR 7209 du CNRS). Enfin, nous remercions la société ARKEMINE Sarl d’avoir permis à Adrien Arles de travailler pendant 15 jours pour la mission du désert Oriental.

Logo_MAEELogo_Ifaologologo-arkemine-agrandi