Archives de catégorie : Actualités / News

Ghozza et Deir el-Atrash: nouvelles aventures

Les visites effectuées par la MAFDO cet hiver et les hivers précédents ont montré l’état de destruction avancée de la plupart des sites du désert Oriental situés au sud du wadi Hammamat. Ces destructions rendent extrêmement délicates les opérations, avec des coûts de fonctionnement importants, ne serait-ce que pour déblayer les parties endommagées par les bulldozers. Au nord de cette ligne, il semble en revanche que les sites antiques soient mieux préservés. Les destructions ont été l’œuvre des compagnies minières dans un passé plus ou moins proche. L’expérience de l’équipe montre qu’il est possible de discuter avec ces compagnies minières et que leur intérêt pour les vestiges est élevé, à partir du moment où elles sont informées.

Deux nouveaux sites à explorer

Parmi les sites visités récemment par notre équipe, celui de Ghozza se détache particulièrement par sa bonne préservation. Surtout il reproduit les caractéristiques principales des sites de Samut Nord et de Bi’r Samut, à savoir la présence simultanée d’un fort, de structures liées à l’activité minière et d’un site minier (filon, galeries).

Vue générale du site de Ghozza (© A. Rabot, MAFDO)

Ghozza est localisé dans la frange la plus septentrionale de la zone où l’on peut déceler une activité minière dans l’Antiquité, ce qui est heureux puisqu’il n’a pas encore intéressé les compagnies minières. Le fortin ainsi que le village de mineurs sont dans un état de conservation exceptionnel de sorte qu’on peut s’attendre à retrouver intactes les traces d’occupation de leurs habitants. L’état de la mine n’est pas moins exceptionnel puisque l’activité d’extraction principale semble dater de l’époque ptolémaïque et qu’aucun signe de réexploitation postérieure n’apparaît. C’est sans doute une situation unique pour le désert Oriental. Cela ouvre des perspectives extrêmement encourageantes puisqu’il sera possible, non seulement d’avoir un état des lieux de l’exploitation pour cette période, sans pollution postérieure, mais également de mener des études sur les volumes extraits et donc, in fine, sur les quantités d’or produites dans l’Antiquité.

Le travail sur le site de Ghozza et l’implantation de notre camp sur place offrent en outre la possibilité de travailler sur un fortin voisin, Deir el-Atrash.

Vue satellite du site de Deir el-Atrash (© GoogleMap)

Ce site, extrêmement bien préservé, avec des élévations de plus de 3 m encore en place, a semble-t-il été occupé à l’époque romaine et romaine tardive. Il est situé à 8 km à vol d’oiseau au nord de Ghozza. Il offrira un complément intéressant à nos travaux sur la mine ptolémaïque. Julie Marchand, spécialiste de la période, sera en charge de la supervision des travaux menés à Deir el-Atrash. Les études menées sur le district auront donc un aspect diachronique, telles qu’ont pu l’être les études menées dans le district de Samut, où les travaux, s’ils ont été particulièrement centrés sur la période ptolémaïque, n’ont pas négligé les vestiges voisins du Nouvel Empire et d’époque omeyyade.


L’équipe

Les membres de l’équipe habituelle seront cette année encore présents. Plusieurs nouveaux chercheurs nous rejoindront, qui étofferont l’expertise de la mission sur plusieurs sujets.

Thomas Faucher et Bérangère Redon, assistés d’Isabelle Goncalves, conduiront les fouilles du village et de la mine de Ghozza, accompagnés de 35 ouvriers égyptiens, sous la direction du raïs Bughdadi Mohamed Abdallah. Julie Marchand sera à la tête des fouilles du fort de Deir el-Atrash, avec la collaboration de Joachim le Bomin.

Alexandre Rabot sera en charge du SIG. Il sera appuyé par Damien Laisney, en charge également du relevé topographique des deux sites fouillés. Enfin, Gaël Pollin, photographe de l’Ifao, sera chargé des relevés photogrammétriques à réaliser sur le terrain, avec la participation ponctuelle de Damien Laisney et Alexandre Rabot. Maël Crépy, géographe et géomorphologue, travaillera sur les ressources en eau des sites explorés – en particulier une vaste dépression située à l’ouest de Ghozza et qui, selon certains, serait un hafir (retenue d’eau artificielle).

Le géologue Markos Vaxevanopoulos sera de nouveau accueilli par l’équipe. Spécialiste des mines anciennes de Grèce du Nord, et notamment des fameuses mines du Pangée, il mènera avec Th. Faucher et Maël Crépy les prospections à la recherche des sites miniers du district de Ghozza. Il conduira aussi une étude plus précise sur la mine ptolémaïque de Ghozza. Son expertise de géologue apportera de nouvelles données sur les différentes zones géologiques du désert Oriental. Il mènera aussi une réflexion sur les prospections anciennes et les moyens pour les mineurs de l’époque ptolémaïque de connaître la nature des gisements et d’envisager leur exploitation.

Les ostraca grecs mis au jour lors de la prochaine campagne seront lus par Hélène Cuvigny et Adam Bülow-Jacobsen, et les ostraca démotiques par Marie-Pierre Chaufray.
Les monnaies seront étudiées par Thomas Faucher. La céramique sera analysée par Jennifer Gates-Foster, assistée par Julie Marchand pour la céramique d’époque romaine et romaine tardive. Les céramologues recevront l’assistance, pour le dessin de la céramique et des petits objets, de Mariola Hepa. Noémi Villars, qui rejoint la mission cette année, sera en charge de l’enregistrement des données produites sur le terrain dans la base de données qu’elle a créée spécifiquement pour la mission.

Après la campagne de fouille, lors de missions d’étude, les macro-restes végétaux seront étudiés par Charlène Bouchaud, assistée de Vladimir Dobrowksi pour les analyses en laboratoire ; les ossements et le cuir seront analysés par Martine Leguilloux et les textiles par Dominique Cardon.

De tristes nouvelles du district de Samut (janvier 2017)

Depuis 2012, le désert Oriental d’Égypte est envahi par des hordes de chercheurs d’or.

Les vestiges antiques, souvent situés à proximité des filons, subissent les conséquences de cette ruée vers l’or et d’irréparables dommages sont actuellement faits au patrimoine égyptien. Plusieurs sites ont été entièrement détruits, notamment le fortin ptolémaïque et les installations pharaoniques de Barramiya.

La disparition du fort de Barramiya, au centre (images satellite GoogleEarth datées de 2010 et 2015)

Les deux sites fouillés par notre mission entre 2014 et 2016, Bi’r Samut et Samut nord, avaient jusque là échappé à des destructions massives, malgré des attaques importantes durant les années 2013 et 2014. Grâce à notre présence sur place et à la collaboration mise en place avec une compagnie minière, nous avions même réussi à stopper des travaux destructeurs sur le site de Samut nord. Durant trois campagnes, nous avons fouillé et documenté du mieux que nous avions pu ces deux sites majeurs pour l’histoire de l’Égypte ptolémaïque, dans des conditions de travail parfois difficiles.

Mais une visite effectuée en janvier 2017 sur les deux sites (alors que nous étions en train de fouiller le fort d’Abbad) nous a permis de constater que les destructions avaient repris. Samut nord, un site minier exceptionnel, équipé de moulins merveilleusement préservés en 2015, est littéralement en train de disparaître, alors que les chercheurs d’or grignotent la montagne avec leurs engins mécaniques.

Le site de Samut, entièrement ravagé par les chercheurs d’or (© MAFDO, G. Pollin, janvier 2017)

Le fortin de Bi’r Samut a aussi été attaqué par les bulldozers. Ce qui était le plus grand et le plus beau fort ptolémaïque du désert n’est aujourd’hui qu’une ruine démembrée.

Le bastion nord de Bi’r Samut, en janvier 2015 et janvier 2017 (© MAFDO, A. Bülow-Jacobsen et G. Pollin)

Si rien n’est fait, ces deux joyaux du patrimoine égyptien auront disparu à jamais dans les prochains mois, de même que de nombreux autres sites du désert.

Le Prix Clio attribué à la mission du désert Oriental

prixclioLe Prix Clio pour la recherche archéologique (1er Prix ex aequo) a été décerné à Bérangère Redon et Thomas Faucher pour soutenir les travaux de la Mission archéologique française du Désert Oriental.

L’équipe de la MAFDO tient à exprimer ses remerciements et sa reconnaissance envers le jury du Prix Clio, présidé par le professeur Jacques des Courtils, assisté des professeurs Pierre Chuvin, Pascal Darcque, Pierre-Louis Gatier, Olivier Picard, Françoise Dunand et Jean Guilaine.

La mission du désert Oriental reçoit le label 2016 de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres

AcademieLors du comité secret du vendredi 11 décembre 2015, l’Académie a décidé, sur proposition de sa commission des recherches archéologiques, d’accorder le label de l’Académie pour l’année 2016 à 15 missions dont les candidatures avaient été proposées par la Commission consultative des Fouilles françaises à l’étranger du Ministère des Affaires étrangères.

LabelLa mission archéologique française du désert Oriental figure parmi les 15 missions sélectionnées.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

 

Le désert Oriental sur France Culture – 12 décembre 2015

logoBérangère Redon et Thomas Faucher ont présenté les travaux de la mission du désert Oriental dans l’émission Le Salon Noir, produit par Vincent Charpentier, et diffusé tous les samedis sur France Culture.
L’émission sera diffusée le samedi 12 décembre 2015 à 19h30. Elle sera ensuite disponible en podcast sur le site de l’émission, accessible ici.

Relevés dans le wadi Samut el-Beda

Par Alexandre Rabot, archéologue, membre de la MAFDO et du laboratoire HiSoMA (Lyon 2, CNRS, UMR 5189)

La mission archéologique française du désert Oriental s’attache actuellement à l’étude du district minier de Samut. Si son attention est partiellement concentrée sur les secteurs de Bi’r Samut et de Samut Nord, qui concentrent des vestiges d’époque ptolémaïque, elle n’oublie pas que les traces d’occupation sont nombreuses, antérieures ou postérieures à cette période d’apogée de l’occupation de la région. Nombreuses mais fragilisées par l’activité humaine qui a redoublé ces dernières années dans cette partie du désert.

Au nord-ouest de Samut Nord, s’entend le wadi connu sous le nom de Samut el-Beda. Cette vallée et ses vallons secondaires accueillent une concentration exceptionnelle de structures (plus de 200, à première vue), dont la plupart se présente sous la forme de cabanes ou d’abris de pierre sèche à une et, plus rarement, deux ou trois pièces. Ces structures composent un campement minier de près d’un kilomètre de long, qui a très vraisemblablement abrité, sans doute de manière saisonnière, des mineurs venus exploiter l’or du district de Samut. Au regard des témoignages céramiques recueillis en surface, cette occupation remonte au Nouvel Empire.

Vue du wadi Samut el-Beda depuis l'est. Au premier plan, des cabanes de grande taille (© B. Redon, MAFDO)
Vue du wadi Samut el-Beda depuis l’est. Au premier plan, des cabanes de grande taille (© B. Redon, MAFDO)

Si cette période n’est pas celle qui fait l’objet de l’étude principale de la mission, la richesse des données et leur mise en danger a poussé l’équipe à entamer un inventaire détaillé de l’information archéologique immédiatement accessible. Et ce via un relevé topographique détaillé des structures (abris, cabanes) et des traces d’activité qui les accompagnent (outils de concassage principalement).

Pour faciliter et optimiser le travail de terrain, Alexandre Rabot a proposé d’établir une pré-cartographie des structures (dénommées SEB + numéro d’inventaire) à partir des images satellites habituellement disponibles. Cette carte devait permettre de distinguer des secteurs, d’évaluer le nombre de structures, de leur attribuer un identifiant, etc. La précision des images permettait de dessiner, dans ses grandes lignes, le plan de chaque cabane/abri, de définir quelques attributs pouvant être aisément renseignés (nombre apparent de pièces, situation orographique, altitude approximative, orientation etc.).

Par ailleurs, Bérangère Redon avait effectué, en janvier 2014, une rapide couverture photographique de certaines structures (SEB 134, 140, 146, 149 et 152) : une confrontation était alors possible entre ce qui est visible au sol et ce qui est lisible via l’aérien.

Un test, assez convaincant, a été effectué sur une trentaine de structures et la démarche a été validée à l’automne 2014. C’est ainsi qu’Isabelle Goncalvès, étudiante en égyptologie, mobilisée par la question de l’occupation humaine et des déplacements dans les déserts égyptiens, a effectué, en décembre 2014, la pré-cartographie complète de la zone (218 structures sur une surface de plus de 20 hectares). Pour une présentation des résultats et de la méthode, voir le billet de ce blog intitulé « Photo-interprétation du site pharaonique de Samut el-Beda ».

Un secteur, particulièrement riche et complexe, se détacha clairement. Au centre de la zone, la distribution des abris (ailleurs simplement disposés de part et d’autre du vallon) se complexifie. On repéra également la présence d’un hameau dans un wadi secondaire à l’E. (SEB 146 à SEB-159) et d’un îlot, densément occupé, sur une faible hauteur, au milieu du wadi principal (SEB-109 à SEB-121).

Relevé du secteur central du wadi Samut el-Beda (1:2000 ; relevé J. Marchand, A. Rabot ; SIG A. Rabot, © MAFDO)En janvier 2015, la mission a repris le travail de terrain dans le désert ; l’équipe (archéologues, topographe, céramologue) s’est rendue sur les lieux pour affiner le repérage et débattre de la marche à suivre.

Le relevé a été conduit par Alexandre Rabot, avec l’aide de Julie Marchand, céramologue. Ils ont été accompagnés, durant les deux premiers jours, par Olivier Onézime (topographe de l’IFAO) qui avait accueilli Alexandre Rabot au Caire pendant deux jours avant la mission pour une première prise en main du matériel. L’IFAO a mis à disposition de l’équipe du désert Oriental un couple de GPS Trimble GeoXH, permettant de disposer d’une base fixe (pour la correction différentielle des données) et d’un mobile pour les relevés.

Le travail réalisé par Alexandre et Julie a eu deux objectifs principaux :

–   ne pas simplifier les structures (les deux parements d’un mur ont été notés indépendamment, ainsi que les principales ruptures dans l’appareillage) et ne pas les ‘restituer hâtivement’ (les parements non visibles n’ont pas été complétés) ; les portes ou passages, quand ils étaient clairement identifiables (présence de chambranle, de seuil), ont été notés explicitement pour les différencier des simples lacunes etc. ;

–   enregistrer, de la façon la plus exhaustive possible, la présence et la dispersion des éléments visibles de concassage.

Par ailleurs, suite à diverses visites sur le lieu, un dictionnaire d’attributs détaillé a été constitué (implanté dans le GPS mobile) permettant de bien informer les différentes caractéristiques des structures relevées et de disposer d’une base de données immédiatement issue du relevé.

Le relevé/inventaire a pu débuter…

Opération de relevé topographique au GPS dans le désert Oriental (© Alexandre Rabot, MAFDO)
Opération de relevé topographique au GPS dans le désert Oriental (© Alexandre Rabot, MAFDO)

En quelques jours, la partie centrale du wadi a été couverte. La pré-cartographie, établie en amont, a alors démontré toute son utilité ; elle a pu rendre le travail plus stratégique (choisir le bon secteur pour disposer d’un échantillon permettant à la réflexion collective de bien s’amorcer) et systématique (ne pas oublier une structure, ne pas les confondre etc.).

Au terme de trois semaines d’intenses marches dans le désert, le relevé est loin d’être exhaustif mais, déjà, il offre un bon support de questionnement (distribution des structures, typologie, cheminement, lien organisationnel éventuel entre les structures…).

Relevé du centre du wadi Samut el-Beda ; structures et distribution des éléments de concassage (1 :750 ; relevé J. Marchand, A. Rabot ; SIG A. Rabot)La mission de janvier 2016 donnera l’occasion de poursuivre ce travail …

Pour citer cet article: Mission archéologique française du désert Oriental, "Relevés dans le wadi Samut el-Beda," in Désert Oriental, septembre 8, 2015, https://desorient.hypotheses.org/495.

Désert Oriental

Le carnet vise à présenter les travaux de la mission française du désert Oriental : présentation de ses problématiques, de ses travaux, de ses membres, de ses publications et de ses découvertes.
On y trouvera en ligne des informations sur l’historique de la mission, mais aussi des rapports succincts des missions annuelles, des pages de présentation des membres de l’équipe, des annonces d’évènements en lien avec la mission (publication, conférence etc.).
Le carnet complètera donc les pages internet (souvent figées dans leur contenu) dédiées à la mission sur les sites des institutions qui soutiennent la mission (Institut Français d’Archéologie Orientale et Hisoma, CNRS). Il permettra ainsi aux membres de l’équipe de mettre à jour et de manière dynamique les informations autour de la mission.