Archives par mot-clé : Gold

Samut 2014 – préparation du film

Comme l’an passé, et dans une volonté d’ouverture à un large public, un film sur les travaux de l’équipe à Samut a été réalisé pendant la mission. Il est en cours de montage et sera mis en ligne prochainement.

Gaël Pollin, photographe de l’IFAO, est venu tourner les images du film durant la dernière semaine de la fouille. Le montage s’attachera à proposer une galerie de portraits des différents acteurs de la fouille, pour montrer leurs activités au sein de l’équipe. Ce sera aussi l’occasion de faire le point sur les découvertes réalisées cette année et de présenter les perspectives qu’offre le site sur le plus long terme.

GaelFilm
Filmé à l’appareil photo, la qualité de l’image tentera de rendre toute l’ambiance du désert, entre l’atmosphère studieuse des tentes de travail et les descentes en rappel effectuées par les spéléologues. Un véritable plongeon dans la vie quotidienne du chantier et de l’archéologie en Égypte pour vous faire partager nos questionnements, nos découvertes et la passion qui anime l’équipe.

En avant-première, vous trouverez quelques extraits des rushs tournés il y a quelques semaines en suivant les liens ci-dessous :
https://youtu.be/AnREdhsK7WE
https://youtu.be/-1r92r7rYBw
https://youtu.be/_3VyK0-yIJs

Portrait : Charlène Bouchaud, archéobotaniste

photoCharlène Bouchaud est archéobotaniste. Post-doctorante associée au Museum d’histoire naturelle de Paris, Charlène participe à de nombreuses missions au Proche et du Moyen-Orient, notamment à Pétra (Jordanie), à Madâ’in Sâlih (Arabie Saoudite) et dans le désert Oriental depuis 2012.

En quoi consiste le métier d’archéobotaniste ?
En tant qu’archéobotaniste, je m’intéresse aux relations entre les sociétés humaines et le monde végétal. Mon matériel d’étude est constitué des végétaux préservés sur les sites archéologiques. J’étudie plus particulièrement les restes de graines et de fruits (carpologie), ainsi que les vestiges de bois (xylologie) et de charbons de bois (anthracologie). Mon travail consiste à identifier les espèces présentes sur un site, puis à m’interroger sur les significations économiques et écologiques de leur présence. Je me suis spécialisée sur les milieux arides et semi-arides et, dans ce cadre, j’étudie plus particulièrement les manières dont les sociétés se sont adaptées à ces milieux difficiles.

Sur quel sujet portait votre thèse ?
J’ai réalisé une thèse, sous la direction de François Villeneuve et Margareta Tengberg, sur l’évolution des paysages et des pratiques agricoles dans le sud du Proche-Orient (Syrie du Sud, Jordanie, Arabie Saoudite, Bande de Gaza) aux époques antique et islamique. Je l’ai soutenue en 2011 à l’université de Paris 1. Au cours de ce travail, je me suis penchée, entre autres, sur l’originalité des agricultures nabatéennes à Pétra et à Hégra, sur l’importance des productions fruitières méditerranéennes, olivier et vigne, au sein des économies agraires, sur l’utilisation des végétaux en contextes cultuels et funéraires ou bien encore sur la gestion du combustible dans les édifices thermaux.

Tapo_cendrier
Cendres dans le couloir de service des bains de Taposiris (© B. Redon, 2011)

Depuis quand travaillez-vous en Égypte, et sur quels projets ?
J’ai présenté en 2009, lors du 3e colloque du programme Balnéorient, mes travaux sur les combustibles des bains du Proche Orient. Ma démarche a intéressé un groupe d’archéologues qui travaillaient alors en Égypte, et nous avons élaboré en 2012 un programme de recherche sur les combustibles des bains grecs et romains d’Égypte (nos travaux sont présentés ici).
En parallèle, j’ai commencé l’étude archéobotanique du site de Xèron Pélagos, dans le désert Oriental, qui est le dernier site fouillé par l’équipe avant celui de Samut.

 

Quelles sont les problématiques particulières et les méthodes que vous comptez développer à Samut ?
La mise en place d’une étude archéobotanique à Samut a pour objectif de mieux comprendre comment les habitants passés se sont adaptés à un environnement désertique, en s’intéressant particulièrement aux systèmes d’acquisition des produits alimentaires, à la fois pour les hommes et les animaux, des matières combustibles et des bois de construction.

Pour ce faire, nous avons commencé cette année à collecter le matériel végétal encore présent sur les deux zones étudiées (Samut Nord et Bir Samut), soit en ramassant ponctuellement les résidus végétaux visibles à l’œil nu, comme par exemple les nombreux branchages et des éléments de poutre et de porte retrouvés à Samut Nord, soit en prélevant des échantillons de sédiment dans différents contextes d’occupation où les végétaux ont le plus de chance d’être conservés, dans les cuisines de Samut Nord, le dépotoir de Bi’r Samut ou encore au sein des fours et forge mis au jour près de la mine de Samut Nord.

prelevement2
Prélèvement de cendres dans un four de Samut nord (© B. Redon, mission française du désert Oriental, janv. 2014)
prelevement
Prélèvement du bois de la porte découverte à Samut nord (© Th. Faucher, mission française du désert Oriental, janv. 2014)

 

 

 

 

 

 


Ces prélèvements de sédiment ont ensuite été tamisés dans des tamis aux mailles très fines (2 mm et 400 µm), afin de récupérer les petits éléments, graines, fragments de fruits, balle et paille, charbons de bois, etc. Pour les particules les plus fines et les plus légères, j’ai également utilisé la technique de la flottation (dépôt de l’échantillon dans un bain d’eau) pour séparer la matière organique, qui flotte, du sédiment, plus lourd.


Tamisage
Tamisage avec un tamis à maille fine (© A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)
Flottation (© A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)
Flottation (© A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)

 

 

 

 

 

 


J’ai réalisé ensuite une première identification des graines, grâce à la présence d’une loupe binoculaire sur le terrain
, ce qui m’a permis de reconnaître, entre autres, des grains d’orge, de blé, des lentilles. Mais à la fin de la mission, les végétaux récupérés, et notamment les bois, ont été transportés au laboratoire d’analyse des matériaux de l’Ifao où je les étudierai plus en détail ultérieurement au moyen d’appareils d’observation microscopique plus puissants.

binoculaire
Identification à la binoculaire dans la tente de travail de Samut, janv. 2014 (© Th. Faucher, mission française du désert Oriental)

 

Première campagne de fouille à Samut – 13 janvier-6 février 2014

La première campagne de fouille de notre équipe dans le district de Samut s’est déroulée du 13 janvier au 6 février 2014. Elle a été précédée d’une mission photographique dans les réserves du magasin du CSA à Kuft, du 20 décembre 2013 au 16 janvier 2014.

En raison de destructions récentes qui ont touché les deux sites majeurs du district (Samut nord et Bir Samut), nous avons dû adapter notre programme au contexte et fouiller en priorité les vestiges les plus menacés d’une disparition rapide.

1. Travaux de terrain
Nous avons ainsi concentré nos efforts sur :
– les dépotoirs de Bir Samut, sous la direction de Jean-Pierre Brun et du raïs Baghdadi Mohamed Abdallah ;

Vue satellitaire de Bir Samut (cliché Geo-Eye1) avec la localisation des dépotoirs et des traces de pelles mécaniques (©mission française du désert Oriental)
Vue satellitaire de Bir Samut (cliché Geo-Eye1) avec la localisation des dépotoirs et des traces de pelles mécaniques (© mission française du désert Oriental)

– le bâtiment 1 de Samut nord, fouillé par Thomas Faucher et Bérangère Redon ;
– quelques installations techniques (four, forge, laveries ?) de Samut nord, étudiées par Jean-Pierre Brun et Thomas Faucher, avec l’aide de Florian Téreygeol, Adrien Arles et Joseph Gauthier ;

Localisation des zones fouillées à Samut nord lors de la mission 2014 (mission française du désert Oriental, fond : cliché GeoEye 1)
Localisation des zones fouillées à Samut nord lors de la mission 2014 (mission française du désert Oriental, fond : cliché GeoEye 1)

– la mine de Samut nord, explorée et relevée (en photogrammétrie) par Florian Téreygeol, Adrien Arles et Joseph Gauthier.

Descente dans la mine de Samut nord (© B. Redon, mission française du désert Oriental)

Vue de l'intérieur de la mine de Samut nord (© A. Arles, mission française du désert Oriental)
Vue de l’intérieur de la mine de Samut nord (© A. Arles, mission française du désert Oriental)

 Olivier Onézime a effectué le relevé topographique des deux sites ; il a aussi fait, avec Gaël Pollin, deux relevés photogrammétriques d’une porte, trouvée en place dans le bâtiment 1 de Samut nord, et de la cuisine de ce même bâtiment. Gaël Pollin a également réalisé un film sur nos travaux.

La cuisine du bâtiment 1 de Samut nord (© O. Onézime, Gaël Pollin, mission française du désert Oriental)
La cuisine du bâtiment 1 de Samut nord (© O. Onézime, Gaël Pollin, mission française du désert Oriental)

2. Étude du matériel
Un peu plus de 400 ostraca, dont la moitié sont écrits en grec, et l’autre moitié en démotique, ont été mis au jour, principalement dans les dépotoirs de Bir Samut. Ils ont été déchiffrés par Adam Bülow-Jacobsen, Marie-Pierre Chaufray et Hélène Cuvigny. Encore en cours d’analyse, ce sont essentiellement des comptes (de nourriture, d’eau), des listes de noms et des lettres.
Le matériel céramique de Samut nord a été étudié par Jean-Pierre Brun, avec l’aide de Khaled Zaza pour les dessins. La céramique de Bir Samut sera étudiée par Jennifer Gates-Foster au cours de l’année.

Amphore - Samut nord, salle 23 (© Adam Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)
Amphore (© Adam Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)

Charlène Bouchaud enfin a pris en charge l’étude des macro-restes végétaux de Samut (charbons de bois, restes de fruits et de graines). Après avoir tamisé les échantillons prélevés par les archéologues (et constitués essentiellement de cendres et de « soil samples » prélevés dans les fours du bâtiment 1 de Samut nord et dans les dépotoirs de Bir Samut), elle a procédé à une première analyse des restes carbonisés ou desséchés à l’œil nu puis à la loupe binoculaire. Pour permettre des analyses plus fines, 77 échantillons ont ensuite été exportés au laboratoire d’analyse des matériaux de l’IFAO.

Prélèvement de cendres dans la salle 126 du bâtiment 1 (© B. Redon, mission française du désert Oriental)
Prélèvement de cendres dans la salle 126 du bâtiment 1 (© B. Redon, mission française du désert Oriental)

3. Équipe (pour une présentation plus détaillée, voir la page « Membres« )
 Pour cette mission 2013-2014, l’équipe était constituée de :

  • Bérangère Redon (directrice, archéologue, CNRS, HiSoMA, Lyon) ;
  • Thomas Faucher (directeur adjoint, archéologue, numismate, CNRS, IRAMAT, Orléans) ;
  • Adrien Arles (archéométallurgiste, spéléologue, responsable d’opération, ARKEMINE Sarl) ;
  • Charlène Bouchaud (archéobotaniste, Museum national d’histoire naturelle, Paris) ;
  • Adam Bülow-Jacobsen (papyrologue, photographe) ;
  • Jean-Pierre Brun (archéologue, céramologue, Collège de France) ;
  • Marie-Pierre Chaufray (papyrologue, université de Bordeaux) ;
  • Hélène Cuvigny (papyrologue, CNRS, IRHT, Paris) ;
  • Joseph Gauthier (archéométallurgiste, spéléologue, post-doctorant, universités de Haute Alsace et de Bochum) ;
  • Olivier Onézime (topographe, IFAO) ;
  • Gaël Pollin (photographe, IFAO) ;
  • Florian Téreygeol (archéométallurgiste, spéléologue, CNRS, IRAMAT UMR 5060, Belfort) ;
  • Khaled Zaza (dessinateur, IFAO).

Mahmoud Ahmed Hussein représentait le Conseil Suprême des Antiquités. Par ailleurs, 21 ouvriers ont travaillé sous la direction de Baghdadi Mohamed Abdallah. 

La mission était financée par le Ministère français des affaires étrangères, l’Institut français d’archéologie orientale ; nous avons aussi reçu le soutien financier de l’UMR 5189 du CNRS (HiSoMA) et du programme AGRUMED (projet EnviMed coordonné par V. Zech-Matterne, UMR 7209 du CNRS). Enfin, nous remercions la société ARKEMINE Sarl d’avoir permis à Adrien Arles de travailler pendant 15 jours pour la mission du désert Oriental.

Logo_MAEELogo_Ifaologologo-arkemine-agrandi