Archives par mot-clé : Eastern desert; Samut el-Beda; New Kingdom; Gold; or; Nouvel Empire; Désert Oriental

Photo-interprétation du site pharaonique de Samut el-Beda

Étude réalisée par Alexandre Rabot (HiSoMA) et Isabelle Goncalves (Lyon 2), sous la direction de Bérangère Redon (HiSoMA)

Introduction

Lors des travaux de terrain menés au mois de janvier 2014, un campement datant apparemment du Nouvel Empire, d’après les premiers diagnostics de la céramique de surface, a été repéré à environ 1 km au nord-ouest de Samut Nord. Il est signalé par R. & D. Klemm dans leur ouvrage paru en 2013, mais aucun relevé n’en a été à ce jour effectué et aucune opération archéologique n’y a été menée. La découverte de meules lors de la prospection permet de mettre ce campement en relation avec l’exploitation de l’or (probablement alluvionnaire).

Cet ensemble de cabanes est particulièrement remarquable par son ampleur (plus de 200 constructions), ainsi que par la bonne préservation de ses vestiges (les murs sont parfois conservés sur près d’un mètre en élévation).

Samut el-Beda - Cabanes du Nouvel Empire visibles sur les photos satellites
Samut el-Beda – Cabanes du Nouvel Empire visibles sur les photos satellites (© MAFDO)

Une telle concentration de vestiges pharaoniques bien conservés est rare dans le désert Oriental, où les sites d’exploitation sont plus souvent associés à des campements disséminés sur la zone d’exploitation et ne comptant que quelques dizaines d’abris, comme dans le Ouadi Dara à l’Ancien Empire. Peu de campements miniers du Nouvel Empire ont été préservés jusqu’à nos jours. On peut toutefois mettre en parallèle le site de Samut el-Beda avec celui de Fattiri, une zone d’exploitation de l’or alluvionnaire, où trois campements du Nouvel Empire pouvaient accueillir une centaine de personnes.

Malgré l’intérêt notable du site de Samut el-Beda, une fouille exhaustive ne peut être entamée par la mission du désert Oriental. En effet, il est très vaste (il s’étend sur près de 1 km de long) et la priorité de l’équipe est pour le moment d’étudier les vestiges voisins datés de l’époque ptolémaïque, qui sont en voie de destruction rapide.

Il s’est donc avéré nécessaire de trouver un moyen de recueillir des informations sur ce site en ne travaillant que peu de temps sur le terrain. La solution qui s’est imposée fût de travailler sur des photos satellites dans le but de créer un SIG (Système d’Information Géographique), c’est-à-dire un fichier informatique réunissant une carte géoréférencée du site et des données associées, stockées dans une table attributaire. Il s’agissait ainsi de documenter le site au mieux, avant de réaliser des observations sur le terrain en janvier 2015 et d’éventuellement effectuer quelques sondages lors des prochaines campagnes.

La création du SIG a été confiée à Alexandre Rabot, Assistant-Ingénieur en Archéologie (Lyon 2, HiSoMA), et Isabelle Goncalves, étudiante en égyptologie (Lyon 2). Cette étape préalable à la fouille a permis d’extraire certaines données des photos satellites et de définir les informations devant être recueillies sur le terrain par la suite.

Contenu du SIG

Le SIG a été conçu avec le logiciel ArcGIS. Ce logiciel présente l’avantage de fournir des images satellites et des fonds de cartes sur lesquelles il est possible de caler et géoréférencer des photos, des cartes et des plans provenant d’autres sources en utilisant des repères visibles à la fois sur les documents et sur le fond de carte. Les images satellites fournies par le logiciel n’étant pas suffisamment de bonne qualité pour l’étude, il a été décidé d’utiliser des photos satellites du site Bing Maps et de les géoréférencer dans le SIG.

Image satellite fournie par ArcGIS
Image satellite fournie par ArcGIS (© MAFDO)
Photos satellites récupérées sur Bing Maps et géoréférencées
Photos satellites récupérées sur Bing Maps et géoréférencées (© MAFDO)

À partir de ces photos, les éléments visibles ont été dessinés : les cabanes composant le campement, les limites naturelles des ouadis, les probables pistes anthropiques.

Limite des ouadis (rouge) et pistes anthropiques (bleu)
Limite des ouadis (rouge) et pistes anthropiques (bleu) © MAFDO
Dessin des cabanes du Nouvel Empire
Dessin des cabanes du Nouvel Empire (© MAFDO)

Chaque caractéristique (point, ligne) étant relié à une table attributaire, il est possible de caractériser et de décrire tous les éléments repérés et dessinés. Ainsi, chaque cabane a été numérotée. On a noté sa position géographique, sur les reliefs ou dans le ouadi. Une altitude approximative a été récupérée sur le site internet www.daflogic.com (selon les informations fournies par Google Maps). Le nombre de pièces visibles ainsi que la surface estimable des cabanes ont également été intégrés aux informations. Les bâtiments n’étant pas toujours bien visibles, un degré de fiabilité a été associé aux tracés.

Table d’attributs associée aux cabanes
Table d’attributs associée aux cabanes (© MAFDO)

De plus, ont été prévus des attributs ne pouvant être observés que lors de relevés sur le terrain, tels que l’état de conservation des constructions, la présence de matériel archéologique, ainsi que la hauteur maximale des murs conservés.

Enfin, certaines photos prises lors de la prospection en 2014 ont pu être localisées sur la carte et intégrées au SIG. D’autres photos prises sur le terrain lors de la campagne de janvier 2015 seront ajoutées par la suite.

Localisation des photos prises sur le terrain
Localisation des photos prises sur le terrain (© MAFDO)
Samut el-Beda - Vue d'une cabane, janvier 2014 (© MAFDO)
Samut el-Beda – Vue d’une cabane, janvier 2014 (© MAFDO)

Conclusion

L’utilisation des photos satellites lors de l’étude d’un site est devenue chose courante en archéologie. Leur analyse permet, en particulier, de préparer les campagnes de terrain, notamment pour repérer les principales structures et pour créer un premier relevé topographique de la zone. Il est important d’allier cette technique avec la fouille et d’effectuer un dialogue constant entre les deux afin d’affiner et de vérifier les informations. Sachant qu’il est particulièrement difficile d’extraire des données pertinentes de photos satellites sans avoir vu le terrain au préalable, la tentative ici présentée permettra de déterminer dans quelle mesure l’étude des photos satellites a pu apporter des informations et faire gagner du temps aux équipes de fouilles. Ce travail sera fait au retour de la mission de janvier 2015.