Archives par mot-clé : Ancient Landscape

Portrait : Charlène Bouchaud, archéobotaniste

photoCharlène Bouchaud est archéobotaniste. Post-doctorante associée au Museum d’histoire naturelle de Paris, Charlène participe à de nombreuses missions au Proche et du Moyen-Orient, notamment à Pétra (Jordanie), à Madâ’in Sâlih (Arabie Saoudite) et dans le désert Oriental depuis 2012.

En quoi consiste le métier d’archéobotaniste ?
En tant qu’archéobotaniste, je m’intéresse aux relations entre les sociétés humaines et le monde végétal. Mon matériel d’étude est constitué des végétaux préservés sur les sites archéologiques. J’étudie plus particulièrement les restes de graines et de fruits (carpologie), ainsi que les vestiges de bois (xylologie) et de charbons de bois (anthracologie). Mon travail consiste à identifier les espèces présentes sur un site, puis à m’interroger sur les significations économiques et écologiques de leur présence. Je me suis spécialisée sur les milieux arides et semi-arides et, dans ce cadre, j’étudie plus particulièrement les manières dont les sociétés se sont adaptées à ces milieux difficiles.

Sur quel sujet portait votre thèse ?
J’ai réalisé une thèse, sous la direction de François Villeneuve et Margareta Tengberg, sur l’évolution des paysages et des pratiques agricoles dans le sud du Proche-Orient (Syrie du Sud, Jordanie, Arabie Saoudite, Bande de Gaza) aux époques antique et islamique. Je l’ai soutenue en 2011 à l’université de Paris 1. Au cours de ce travail, je me suis penchée, entre autres, sur l’originalité des agricultures nabatéennes à Pétra et à Hégra, sur l’importance des productions fruitières méditerranéennes, olivier et vigne, au sein des économies agraires, sur l’utilisation des végétaux en contextes cultuels et funéraires ou bien encore sur la gestion du combustible dans les édifices thermaux.

Tapo_cendrier
Cendres dans le couloir de service des bains de Taposiris (© B. Redon, 2011)

Depuis quand travaillez-vous en Égypte, et sur quels projets ?
J’ai présenté en 2009, lors du 3e colloque du programme Balnéorient, mes travaux sur les combustibles des bains du Proche Orient. Ma démarche a intéressé un groupe d’archéologues qui travaillaient alors en Égypte, et nous avons élaboré en 2012 un programme de recherche sur les combustibles des bains grecs et romains d’Égypte (nos travaux sont présentés ici).
En parallèle, j’ai commencé l’étude archéobotanique du site de Xèron Pélagos, dans le désert Oriental, qui est le dernier site fouillé par l’équipe avant celui de Samut.

 

Quelles sont les problématiques particulières et les méthodes que vous comptez développer à Samut ?
La mise en place d’une étude archéobotanique à Samut a pour objectif de mieux comprendre comment les habitants passés se sont adaptés à un environnement désertique, en s’intéressant particulièrement aux systèmes d’acquisition des produits alimentaires, à la fois pour les hommes et les animaux, des matières combustibles et des bois de construction.

Pour ce faire, nous avons commencé cette année à collecter le matériel végétal encore présent sur les deux zones étudiées (Samut Nord et Bir Samut), soit en ramassant ponctuellement les résidus végétaux visibles à l’œil nu, comme par exemple les nombreux branchages et des éléments de poutre et de porte retrouvés à Samut Nord, soit en prélevant des échantillons de sédiment dans différents contextes d’occupation où les végétaux ont le plus de chance d’être conservés, dans les cuisines de Samut Nord, le dépotoir de Bi’r Samut ou encore au sein des fours et forge mis au jour près de la mine de Samut Nord.

prelevement2
Prélèvement de cendres dans un four de Samut nord (© B. Redon, mission française du désert Oriental, janv. 2014)
prelevement
Prélèvement du bois de la porte découverte à Samut nord (© Th. Faucher, mission française du désert Oriental, janv. 2014)

 

 

 

 

 

 


Ces prélèvements de sédiment ont ensuite été tamisés dans des tamis aux mailles très fines (2 mm et 400 µm), afin de récupérer les petits éléments, graines, fragments de fruits, balle et paille, charbons de bois, etc. Pour les particules les plus fines et les plus légères, j’ai également utilisé la technique de la flottation (dépôt de l’échantillon dans un bain d’eau) pour séparer la matière organique, qui flotte, du sédiment, plus lourd.


Tamisage
Tamisage avec un tamis à maille fine (© A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)
Flottation (© A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)
Flottation (© A. Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)

 

 

 

 

 

 


J’ai réalisé ensuite une première identification des graines, grâce à la présence d’une loupe binoculaire sur le terrain
, ce qui m’a permis de reconnaître, entre autres, des grains d’orge, de blé, des lentilles. Mais à la fin de la mission, les végétaux récupérés, et notamment les bois, ont été transportés au laboratoire d’analyse des matériaux de l’Ifao où je les étudierai plus en détail ultérieurement au moyen d’appareils d’observation microscopique plus puissants.

binoculaire
Identification à la binoculaire dans la tente de travail de Samut, janv. 2014 (© Th. Faucher, mission française du désert Oriental)