Samut

Abondant dans le désert Oriental, l’or est exploité dès les premiers temps de la royauté égyptienne. Mais c’est surtout à l’époque ptolémaïque (331-30 av. J.-C.) que le pouvoir engage une exploitation systématique et intensive des filons aurifères égyptiens, pour asseoir sa puissance et mener une politique étrangère ambitieuse.

Pour repérer les installations antiques, des prospections ont été conduites de manière intensive dans la région depuis le XIXe s. (Benzoni, Wilkinson, Meredith, Sidebotham, Wright, Klemm et Klemm). Elles ont permis la recension de plus de 250 sites miniers, incluant mines, installations liées à leur exploitation et villages de mineurs. Mais, de manière surprenante, aucune fouille de site n’avait été réalisée jusqu’à très récemment, à l’exception des travaux de la mission de l’Oriental Institute de Chicago au Umm el-Fawakhir, une zone minière dont l’apogée se situe à l’époque byzantine.

Désireuse de se pencher sur l’âge d’or de l’exploitation des mines du désert Oriental, la mission française du désert Oriental a débuté ses travaux, en 2013, par l’exploration de la région de Samut, dont les vestiges datent, pour les plus imposants, du début de l’époque ptolémaïque (fin du IVe s.-milieu du IIIe s. av. J.-C.). La région avait, de plus, l’avantage de comporter des vestiges nombreux, complexes et bien conservés, organisés en un véritable district minier. Il s’organise autour de deux implantations, l’une, au sud, appelé Bi’r Samut (24°48’ N, 33°55’ E), l’autre au nord, qui n’a pas de nom sur les cartes topographiques modernes, et que nous avons appelé Samut Nord (24°51’ N, 33°55’ E). Les deux sites sont distants de 4,3 km à vol d’oiseau ; le site sud, localisé dans un vaste wadi, comporte un fortin qui abrite un puits (d’où son appellation de Bi’r, «le puits») ; le second, dans les montagnes, est organisé autour d’un filon aurifère dont l’exploitation est à l’origine des deux établissements.

01 Carte Generale
Carte du désert Oriental et localisation du district de Samut (©MAFDO, B. Redon, fond de carte BingMap)

Après une mission de prospection en 2013, nos travaux se sont concentrés durant trois campagnes de fouille (2014-2016) sur les deux sites principaux du district. Ces fouilles avaient pour but d’étudier :

1. Les techniques d’extraction, de traitement et de fonte du minerai

L’excellente préservation des vestiges du district minier de Samut nous a permis d’étudier en détail le travail des mineurs antiques dans les mines et à l’extérieur. Le géographe Agatharchide (qui a vécu en Égypte à la fin du IIe s. av. J.-C.) a laissé un récit très vivant de l’activité des mines d’or du désert Oriental et son récit ne laisse pas de surprendre par sa grande précision, notamment concernant les opérations techniques de transformation du minerai. Nos fouilles ont été l’occasion de comparer ses informations avec celles du terrain.

2. La caractérisation chimique de la composition de l’or égyptien

Des méthodes d’analyses récentes, notamment la spectrométrie de masse à plasma inductif avec prélèvement par ablation laser (LA-ICP-MS), offrent la possibilité de déterminer les concentrations des éléments traces contenus dans le métal, comme le platine et le palladium, qui sont autant d’éléments constitutifs du minerai. Les teneurs de certains éléments traces forment une signature qui permet de différencier des minerais issus de contextes géologiques différents. L’entreprise de caractérisation de la signature du minerai égyptien du désert Oriental, débutée à Samut, permettra à terme de le retrouver dans les différents monnayages européens. Il s’agit de comprendre et d’analyser l’apport de l’or égyptien dans les monnayages locaux, mais aussi dans les différents monnayages occidentaux.

3. L’occupation ptolémaïque du désert Oriental égyptien

Plus généralement, nos travaux ont été l’occasion d’aborder une question jusqu’alors inexplorée par les archéologues, celle de l’occupation du désert Oriental et de ses finalités à l’époque hellénistique, alors que les Lagides règnent sur l’Égypte (fin du IVe-fin du Ier s. av. J.-C.). Voie de passage ou région à exploiter, l’équilibre entre ces deux rôles économiques du désert n’a en effet pas été clairement établi pour l’époque grecque, et l’on s’interroge parfois pour savoir si l’exploitation des ressources naturelles du désert a constitué un but en soi du pouvoir lagide ou si le désert a constitué avant tout un espace à franchir, dont les aménagements (routes, puits, fortins) visaient à rendre le voyage le moins pénible possible. En d’autres termes, le désert a-t-il eu une vie économique propre ? Ou doit-il son développement uniquement à celui des échanges maritimes et à la création des ports de la mer Rouge par les Ptolémées ? Enfin, y a-t-il une évolution, dans cet équilibre, entre les époques pharaonique et ptolémaïque, puis ptolémaïque et romaine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Carnets de la mission archéologique française du désert Oriental