Problématique

« L’Égypte est un don du Nil ». À trop répéter la formule popularisée par Hérodote (II, 5), on oublie souvent que la majorité du territoire de l’Égypte ancienne est paradoxalement constituée de zones désertiques. Sur les deux rives du Nil s’étend Desheret, « la terre rouge », nom donné par les Égyptiens au désert, par opposition à « la terre noire », Kemet, qui désigne la vallée et le delta du Nil. À l’ouest, plusieurs oasis, situées à quelques journées de marche du Nil, rythment le paysage du désert Occidental, et offrent un abri aux caravanes qui affronteront ensuite le difficile désert sableux du Sahara. À l’est, dès après quelques kilomètres, le désert est omniprésent ; aucune oasis n’existe entre les deux bornes de cet espace limité par le Nil et la mer Rouge.

Un espace ambivalent mais intégré

Le désert Oriental est un désert rude, aux amplitudes thermiques importantes et avare en eau ; il est sableux parfois, le plus souvent pierreux, et de plus en plus montagneux, à mesure que l’on s’approche de la mer Rouge[1].

Comme tous les espaces de marge, c’est un espace ambivalent. Il est difficile à traverser, habité de puissances réputées dangereuses, d’animaux redoutés, de populations effrayantes (en particulier les Blemmyes), qui sont présentés dans les sources antiques et médiévales comme des populations féroces et affamées, et surtout rebelles au pouvoir central, spécialement à l’époque romaine[2]. C’est le territoire du dieu Min (assimilé à Pan par les Grecs), anthropomorphe et ithyphallique, qui est révéré comme « créateur de toutes les choses ». Par association, il devient également, dès l’Ancien Empire, le dieu protecteur des voies du désert Oriental, auquel les voyageurs demandent protection et succès dans leurs entreprises commerciales, minières ou militaires[3].

Mais c’est aussi un espace recherché, riche en ressources naturelles. Les activités d’extraction de ses carrières débutent à l’Ancien Empire, mais l’apogée de cette activité se situe à l’époque impériale (Ier-IIIe s.), avec l’exploitation du granit et du porphyre des Mons Claudianus et Porphyrites, qui servirent à édifier les principaux bâtiments de Rome[4]. Le désert Oriental est également riche en or et plusieurs centaines de sites miniers, exploités de l’époque prédynastique à l’époque médiévale, ont été recensés[5]. L’âge d’or de l’exploitation du précieux métal est traditionnellement situé à l’époque ptolémaïque (331-30 av. J.-C.).

Enfin, le désert Oriental est une interface, un espace de communication entre plusieurs mondes : il fait le lien avec la Nubie au sud d’Assouan ; surtout, il donne accès à la mer Rouge et partant aux mondes arabique, africain et indien. C’est en effet à partir des côtes du désert Oriental que partent de nombreuses expéditions, à la recherche de produits précieux, encens du pays de Pount dès l’Ancien Empire[6], éléphants des côtes de l’Éthiopie à l’époque ptolémaïque[7], épices, animaux, produits exotiques des mondes africains, arabes et indiens aux époques romaine et byzantine[8].

Dès la constitution du territoire égyptien en entité politique unifiée (à la fin du IVe millénaire av. J.-C.), le désert Oriental est naturellement intégré dans la topographie culturelle et religieuse de l’Égypte[9]. Ses potentialités attirent également très vite les premiers habitants de la vallée, et, à toutes les époques, les populations et les pouvoirs égyptiens multiplient les efforts pour asseoir leur pouvoir sur le désert Oriental et se l’approprier au sens propre comme au sens figuré. Le pic de son occupation, à l’époque pharaonique, se situe au Nouvel Empire[10], mais ce n’est qu’à l’époque ptolémaïque que les voies qui permettent de traverser la région sont équipées de relais, de puits, de tours de guet/de signal, de repères (cairns). Les sources antiques attribuent traditionnellement cette première entreprise de développement du réseau routier à Ptolémée II[11], avant une seconde impulsion, plus durable et organisée, sous les Flaviens[12].

Les biais de la documentation sur le désert Oriental à l’époque ptolémaïque

Ce schéma d’ensemble de l’occupation humaine et de l’exploitation du désert Oriental paraît relativement clair. Toutefois, hormis l’époque romaine, qui a été largement éclairée par l’exploration archéologique des deux carrières impériales du Mons Claudianus[13] et du Mons Porphyrites[14], des praesidia qui gardaient les voies caravanières qui traversaient la région[15], et des deux ports sur la mer Rouge de Myos Hormos[16] et Bérénice[17], l’histoire des autres périodes est fondée encore très majoritairement sur les sources écrites.

C’est en particulier le cas de l’époque ptolémaïque, période cruciale, mais largement méconnue. Jusqu’à présent, les grands traits de l’histoire du désert Oriental sous les rois lagides étaient esquissés à partir des informations livrées par les sources écrites antiques[18], souvent postérieures à la période ptolémaïque, à l’exception du traité du géographe Agatharchide de Cnide, écrit à la fin du IIe s. ap. J.-C.[19], et de quelques dizaines d’inscriptions, en particulier celles du Paneion d’El-Kanaïs[20]. Sur le plan archéologique, jusqu’en 2013, il fallait se contenter de données tirées de prospection de surface[21] et des rares informations livrées par les fouilles archéologiques des villes et ports situés de part et d’autre des voies du désert.

Pourtant, les vestiges du désert Oriental sont admirablement bien préservés et environ soixante-dix sites ptolémaïques sont recensés dans le désert. Mais ils n’ont jamais été fouillés, sans doute en raison de leur ensablement et surtout de leur éloignement par rapport aux routes asphaltées qui traversent le désert.

Les travaux de la Mission archéologique française du désert Oriental depuis 2013

C’est pour combler cette lacune documentaire que depuis 2013, la Mission archéologique française du désert Oriental (MAFDO), dont les travaux avaient été jusque là focalisés sur l’occupation romaine de la région[22], a entrepris d’étudier les vestiges de la région remontant à la période durant laquelle règne, à Alexandrie, la dynastie gréco-macédonienne des Lagides.

Nos travaux ont débuté dans le district de Samut, situé à mi-chemin entre Edfou et Marsa Alam. Après une mission de prospection en 2013, nos travaux se sont concentrés durant trois campagnes de fouille (2014-2016) sur les deux sites principaux du district : Samut nord, qui abrite une mine exploitée sous le premier des Ptolémées, et Bi’r Samut, où est localisé un vaste fortin construit sous le règne de Ptolémée II ou III.

La mission a ensuite exploré le fortin d’Abbad, en janvier 2017. Il s’agit de la première station ptolémaïque sur la route qui conduisait les voyageurs d’Edfou au grand port de Bérénice.

(Extrait d’un article à paraître : Bérangère Redon, « Exploiter et traverser le désert Oriental d’Égypte sous les premiers Ptolémées », CRAI 2017)

Notes

[1] Sur la géographie et la géologie de la région, cf. W.F. Hume, Topography and geology of the Eastern Desert of Egypt, Le Caire, 1907, J. Ball, The geography and geology of south-eastern Egypt, Le Caire, 1912, J.A. Harrell, Research on the Archaeological Geology of Ancient Egypt, n.d., http://www.eeescience.utoledo.edu/Faculty/Harrell/Egypt/AGRG_Home.html

[2] H. Barnard, K. Duistermaat, The History of the Peoples of the Eastern Desert, Los Angeles, 2012.

[3] Min/Pan est délaissé pour des divinités plus communes (Athéna, Zeus), à la fin du Ier s. ap. J.-C., sans doute alors que le désert est mieux maîtrisé et n’est plus aussi redouté qu’auparavant : H. Cuvigny, « Le crépuscule d’un dieu. Le déclin du culte de Pan dans le désert Oriental », BIFAO 97, 1997, p. 139-147.

[4] Voir par exemple A. Bülow-Jacobsen, « Le désert Oriental : les carrières impériales de Mons Claudianus », dans Grecs et Romains en Égypte. Territoire, espaces de la vie et de la mort, objets de prestige et du quotidien, P. Ballet éd., BdE 157, 2012, p. 65-71.

[5] D. Klemm, R. Klemm, Gold and Gold Mining in Ancient Egypt and Nubia, Berlin-Heidelberg, 2013.

[6] P. Tallet, G. Marouard, D. Laisney, « Un port de la IVe dynastie au Ouadi al-Jarf (mer Rouge) », BIFAO 112, 2012, p. 399-445.

[7] Voir, entre autres, J. Desanges, Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique (IVe siècle avant J.-C.)- IVe siècle après J.-C., CEFR 38, 1978 et S. Sidebotham, « Caravans Across the Eastern Desert of Egypt: Recent Discoveries on the Berenike-Apollinopolis Magna-Coptos Roads », dans I Profumi d’Arabia Atti del Convegno, A. Avanzini, éd., Rome, 1997, p. 385-393.

[8] F. De Romanis, Cassia, cinnamomo, ossidiana. Uomini e merci tra Oceano indiano e Mediterraneo, Rome, 1996, S. Sidebotham, Berenike and the Ancient Maritime Spice Route, Los Angeles, 2011.

[9] J. C. Darnell, « The Deserts », dans The Egyptian World, T. Wilkinson éd., Londres-New York, 2007, p. 29-48.

[10] Voir par exemple A. Gasse, « The Wadi Hammamat and the sea, from the origins to the end of the New Kingdom », dans The Red Sea in Pharaonic times. Recent discoveries along the Red Sea Coast, P. Tallet, El-S. Mahfouz éd., Le Caire, 2012, p. 133-144.

[11] Sur cette route, cf. récemment B. Redon, « La prise en main du désert Oriental par les Lagides : nouvelles données archéologiques », dans Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, J.-P. Brun, Th. Faucher, B. Redon, S. Sidebotham éd., Paris, à paraître.

[12] H. Cuvigny et al. éd., La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte, Praesidia du désert de Bérénice I, FIFAO 49/1-2, Le Caire, 2003.

[13] D. Peacock, V. Maxfield, Mons Claudianus: Survey and Excavation, vol. I, Le Caire, 1997, V. Maxfield, D. Peacock, Mons Claudianus : Survey and Excavation, vol. II, Le Caire, 2001. Voir aussi O.Claud I-IV : Mons Claudianus. Ostraca graeca et latina Vol. I, J. Bingen et al. éd., Le Caire 1992 ; Vol. II, J. Bingen et al. éd., Le Caire, 1997 ; Vol. III, H. Cuvigny éd., Le Caire, 2000 ; Vol. IV, A. Bülow-Jacobsen éd., Le Caire, 2009.

[14] V. Maxfield, D. Peacock, The Roman Imperial Quarries: Survey and Excavation at Mons Porphyrites, 1994-1998, Volume 1: Topography and Quarries, Exeter, 2001, D. Peacock, V. Maxfield, The Roman Imperial Quarries Survey and Excavation at Mons Porphyrites 1994-1998, Volume 2: The Excavations, Oxford, 2007.

[15] H. Cuvigny, op. cit. (note 12).

[16] D. Peacock, L. Blue éd., Myos Hormos – Quseir al-Qadim. Roman and Islamic Ports on the Red Sea, Volume 1: The Survey and Report on the Excavations, Oxford, 2006.

[17] La mission conduite par S. Sidebotham a publié de nombreux rapports de fouille ; on se reportera aussi aux ouvrages plus généraux, et très bien illustrés : S. Sidebotham, M. Hense, H.M. Nouwens, The Red Land. The illustrated Archaeology of Egypt’s Eastern Desert, Le Caire, 2008, S. Sidebotham, Berenike and the Ancient Maritime Spice Route, Los Angeles, 2011.

[18] Un bon aperçu est donné par J. Gates-Foster, « The Eastern Desert in the Ptolemaic Period: A Developing Picture », dans The Peoples of the Eastern Desert, H. Barnard, K. Duistermaat éd., Los Angeles, 2012, p. 190-203.

[19] Apud Diodore, III, 12-14 et Photius, 250, 23-29.

[20] Sur les inscriptions grecques, voir A. Bernand, Le Paneion d’El-Kanaïs : les inscriptions grecques, 1972.

[21] Les résultats de l’entreprise la plus systématique seront publiés prochainement : S. Sidebotham, J. Gates-Foster, J.-L. Rivard éd., The Archaeological Survey of the Desert Roads between Berenike and the Nile Valley: Expeditions by the University of Michigan and the University of Delaware to the Eastern Desert of Egypt, 1988-2015, à paraître.

[22] Créée en 1994 par Hélène Cuvigny, la Mission archéologique française du désert Oriental a, pendant une vingtaine d’années, exploré les fortins d’époque romaine qui gardaient les routes reliant le Nil à la mer Rouge : voir, entre autres, H. Cuvigny, « Hommes et dieux en réseau. Bilan papyrologique du programme ‘Praesidia du Désert Oriental Égyptien’ », CRAI, 2013, p. 405-442.

Carnets de la mission archéologique française du désert Oriental