Nouvelles conférences – novembre 2015

– Thomas Faucher (CNRS, IRAMAT) : « Gold fingerprints: characterization of Ancient gold mines« , 24 novembre 2015, 12h-12h30, à l’occasion de la Huitième conférence internationale de géologie de l’Afrique, Assiut, Egypte.
Plus d’informations ici.

 

– Hélène Cuvigny (CNRS, IRHT) : « Bédouins, bestiaux et bestioles dans les ostraca de Bi’r Samut« , 26 novembre 2015, 14h-18h, dans le cadre de la présentation « Découvertes et travaux récents de l’IRHT », Centre Félix-Grat, Paris.
Plus d’informations ici.

Séminaire et conférence sur les ostraca démotiques de Samut

– M.-P. Chaufray présentera, avec M. Chauveau, l’ostracon démotique O.Samut 711 (qui évoque les Blemmyes) lors du premier séminaire de démotique à l’EPHE.

Mardi 24 novembre, de 12h à 14h (Sorbonne, escalier E, salle D054).

– M.-P. Chaufray donnera une conférence sur « Le multilinguisme dans le désert Oriental égyptien » dans le cadre du Colloque international « Le multilinguisme dans la Méditerranée antique », organisé par la MSH de Montpellier, le jeudi 5 novembre.

Programme ici.

Conférence de Bérangère Redon et Thomas Faucher à la SFAC – 10 octobre 2015

A l’invitation de la Société Française d’Archéologie Classique, Bérangère Redon et Thomas Faucher donneront une conférence intitulée « L’exploitation des mines d’or de Samut au début de l’époque ptolémaïque. Découvertes récentes de la mission du désert Oriental d’Égypte ».

Elle aura lieu samedi 10 octobre 2015, à 15h, à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 PARIS, salle Walter Benjamin, rez-de-chaussée.

Pour plus d’informations, voir ici.

Conférence de Thomas Faucher sur l’or de Samut à Bruxelles

feu2Le 3 octobre prochain, Thomas Faucher présentera une conférence intitulée « La chaîne opératoire de la production de l’or : expérimentations autour du site de Bi’r Samut (Désert oriental, Égypte)« .

Cadre :  conférence internationale Non-ferrous Metals Metallurgy and Experimental Archaeology, 3 et 4 octobre 2015, Bruxelles, Muséum d’Art et d’Histoire, Parc du Cinquantenaire.

Le programme est disponible ici :  Program ICA October 2015

Relevés dans le wadi Samut el-Beda

Par Alexandre Rabot, archéologue, membre de la MAFDO et du laboratoire HiSoMA (Lyon 2, CNRS, UMR 5189)

La mission archéologique française du désert Oriental s’attache actuellement à l’étude du district minier de Samut. Si son attention est partiellement concentrée sur les secteurs de Bi’r Samut et de Samut Nord, qui concentrent des vestiges d’époque ptolémaïque, elle n’oublie pas que les traces d’occupation sont nombreuses, antérieures ou postérieures à cette période d’apogée de l’occupation de la région. Nombreuses mais fragilisées par l’activité humaine qui a redoublé ces dernières années dans cette partie du désert.

Au nord-ouest de Samut Nord, s’entend le wadi connu sous le nom de Samut el-Beda. Cette vallée et ses vallons secondaires accueillent une concentration exceptionnelle de structures (plus de 200, à première vue), dont la plupart se présente sous la forme de cabanes ou d’abris de pierre sèche à une et, plus rarement, deux ou trois pièces. Ces structures composent un campement minier de près d’un kilomètre de long, qui a très vraisemblablement abrité, sans doute de manière saisonnière, des mineurs venus exploiter l’or du district de Samut. Au regard des témoignages céramiques recueillis en surface, cette occupation remonte au Nouvel Empire.

Vue du wadi Samut el-Beda depuis l'est. Au premier plan, des cabanes de grande taille (© B. Redon, MAFDO)
Vue du wadi Samut el-Beda depuis l’est. Au premier plan, des cabanes de grande taille (© B. Redon, MAFDO)

Si cette période n’est pas celle qui fait l’objet de l’étude principale de la mission, la richesse des données et leur mise en danger a poussé l’équipe à entamer un inventaire détaillé de l’information archéologique immédiatement accessible. Et ce via un relevé topographique détaillé des structures (abris, cabanes) et des traces d’activité qui les accompagnent (outils de concassage principalement).

Pour faciliter et optimiser le travail de terrain, Alexandre Rabot a proposé d’établir une pré-cartographie des structures (dénommées SEB + numéro d’inventaire) à partir des images satellites habituellement disponibles. Cette carte devait permettre de distinguer des secteurs, d’évaluer le nombre de structures, de leur attribuer un identifiant, etc. La précision des images permettait de dessiner, dans ses grandes lignes, le plan de chaque cabane/abri, de définir quelques attributs pouvant être aisément renseignés (nombre apparent de pièces, situation orographique, altitude approximative, orientation etc.).

Par ailleurs, Bérangère Redon avait effectué, en janvier 2014, une rapide couverture photographique de certaines structures (SEB 134, 140, 146, 149 et 152) : une confrontation était alors possible entre ce qui est visible au sol et ce qui est lisible via l’aérien.

Un test, assez convaincant, a été effectué sur une trentaine de structures et la démarche a été validée à l’automne 2014. C’est ainsi qu’Isabelle Goncalvès, étudiante en égyptologie, mobilisée par la question de l’occupation humaine et des déplacements dans les déserts égyptiens, a effectué, en décembre 2014, la pré-cartographie complète de la zone (218 structures sur une surface de plus de 20 hectares). Pour une présentation des résultats et de la méthode, voir le billet de ce blog intitulé « Photo-interprétation du site pharaonique de Samut el-Beda ».

Un secteur, particulièrement riche et complexe, se détacha clairement. Au centre de la zone, la distribution des abris (ailleurs simplement disposés de part et d’autre du vallon) se complexifie. On repéra également la présence d’un hameau dans un wadi secondaire à l’E. (SEB 146 à SEB-159) et d’un îlot, densément occupé, sur une faible hauteur, au milieu du wadi principal (SEB-109 à SEB-121).

Relevé du secteur central du wadi Samut el-Beda (1:2000 ; relevé J. Marchand, A. Rabot ; SIG A. Rabot, © MAFDO)En janvier 2015, la mission a repris le travail de terrain dans le désert ; l’équipe (archéologues, topographe, céramologue) s’est rendue sur les lieux pour affiner le repérage et débattre de la marche à suivre.

Le relevé a été conduit par Alexandre Rabot, avec l’aide de Julie Marchand, céramologue. Ils ont été accompagnés, durant les deux premiers jours, par Olivier Onézime (topographe de l’IFAO) qui avait accueilli Alexandre Rabot au Caire pendant deux jours avant la mission pour une première prise en main du matériel. L’IFAO a mis à disposition de l’équipe du désert Oriental un couple de GPS Trimble GeoXH, permettant de disposer d’une base fixe (pour la correction différentielle des données) et d’un mobile pour les relevés.

Le travail réalisé par Alexandre et Julie a eu deux objectifs principaux :

–   ne pas simplifier les structures (les deux parements d’un mur ont été notés indépendamment, ainsi que les principales ruptures dans l’appareillage) et ne pas les ‘restituer hâtivement’ (les parements non visibles n’ont pas été complétés) ; les portes ou passages, quand ils étaient clairement identifiables (présence de chambranle, de seuil), ont été notés explicitement pour les différencier des simples lacunes etc. ;

–   enregistrer, de la façon la plus exhaustive possible, la présence et la dispersion des éléments visibles de concassage.

Par ailleurs, suite à diverses visites sur le lieu, un dictionnaire d’attributs détaillé a été constitué (implanté dans le GPS mobile) permettant de bien informer les différentes caractéristiques des structures relevées et de disposer d’une base de données immédiatement issue du relevé.

Le relevé/inventaire a pu débuter…

Opération de relevé topographique au GPS dans le désert Oriental (© Alexandre Rabot, MAFDO)
Opération de relevé topographique au GPS dans le désert Oriental (© Alexandre Rabot, MAFDO)

En quelques jours, la partie centrale du wadi a été couverte. La pré-cartographie, établie en amont, a alors démontré toute son utilité ; elle a pu rendre le travail plus stratégique (choisir le bon secteur pour disposer d’un échantillon permettant à la réflexion collective de bien s’amorcer) et systématique (ne pas oublier une structure, ne pas les confondre etc.).

Au terme de trois semaines d’intenses marches dans le désert, le relevé est loin d’être exhaustif mais, déjà, il offre un bon support de questionnement (distribution des structures, typologie, cheminement, lien organisationnel éventuel entre les structures…).

Relevé du centre du wadi Samut el-Beda ; structures et distribution des éléments de concassage (1 :750 ; relevé J. Marchand, A. Rabot ; SIG A. Rabot)La mission de janvier 2016 donnera l’occasion de poursuivre ce travail …

Pour citer cet article: Mission archéologique française du désert Oriental, "Relevés dans le wadi Samut el-Beda," in Désert Oriental, septembre 8, 2015, http://desorient.hypotheses.org/495.

Nouvelles conférences sur le désert Oriental – avril-juin 2015

Marie-Pierre Chaufray, responsable du déchiffrement des ostraca démotiques de la mission archéologique française du Désert Oriental, donnera plusieurs conférences et séminaires en avril-juin prochain :

– 21 avril 2015, 19h : « Latest Results of the IFAO’s Mission to Samut. A Ptolemaic Fortress Next to the Gold Mines in the Eastern Desert », Société pour l’Étude de l’Égypte ancienne, Toronto (Canada). Plus d’informations ici.

– 12 mai 2015, 14h30 : « Bir Samut: Current Excavations in a Ptolemaic Fortress and the Nearby Gold Mines in Egypt’s Eastern Desert », Griffith Institute, Oxford, dans le cadre du séminaire Topics in Ancient Near Eastern Studies and Egyptology:Trinity Term 2015 (Oriental Institute, Lecture Room 1).

– 19 mai, 26 mai et 2 juin 2015 : présentation des ostraca de Bi’r Samut, dans le cadre du séminaire de Michel Chauveau, EPHE, Paris.

Trois conférences sur le désert Oriental – mars et avril 2015

Trois conférences sur la mission du désert Oriental à venir :

– dans le cadre du séminaire Ausonius, à l’université de Bordeaux, Adam BÜLOW-JACOBSEN, Marie-Pierre CHAUFRAY et Bérangère REDON présenteront les dernières découvertes de la mission lors d’une conférence intitulée :
« Récent
es découvertes dans le désert Oriental d’Égypte : forts et mines d’or de Samut à l’époque ptolémaïque » (lien).

affiche BordeauxDétails pratiques : 19 mars 2015 de 18h à 20h, Salle Pierre Paris – Maison de l’Archéologie – Université Bordeaux Montaigne

– dans le cadre de l’atelier HeMEN-Habitat et Métallurgie en Égée du Nord (resp. G. Sanidas, Ch. Aubry), conférence de Thomas Faucher, « Approches croisées : minéralurgie et analyses métalliques au Laurion et dans le désert Oriental égyptien »

0402_Faucher

Détails pratiques : jeudi 2 avril, 14h-17h – Univ. Lille 3, Bât. E, salle de séminaire d’Halma

– dans le cadre du séminaire de Françoise Villeneuve, professeur d’archéologie de la Méditerranée et du Proche–Orient hellénistiques à l’université de Paris 1, Bérangère REDON présentera la mission, ses problématiques et les premières découvertes des campagnes 2014 et 2015.

Détails : 7 avril 2015 de 11h30 à 13h, Institut d’art  3, rue Michelet 75006 Paris  3e étage, salle 319.

Photo-interprétation du site pharaonique de Samut el-Beda

Étude réalisée par Alexandre Rabot (HiSoMA) et Isabelle Goncalves (Lyon 2), sous la direction de Bérangère Redon (HiSoMA)

Introduction

Lors des travaux de terrain menés au mois de janvier 2014, un campement datant apparemment du Nouvel Empire, d’après les premiers diagnostics de la céramique de surface, a été repéré à environ 1 km au nord-ouest de Samut Nord. Il est signalé par R. & D. Klemm dans leur ouvrage paru en 2013, mais aucun relevé n’en a été à ce jour effectué et aucune opération archéologique n’y a été menée. La découverte de meules lors de la prospection permet de mettre ce campement en relation avec l’exploitation de l’or (probablement alluvionnaire).

Cet ensemble de cabanes est particulièrement remarquable par son ampleur (plus de 200 constructions), ainsi que par la bonne préservation de ses vestiges (les murs sont parfois conservés sur près d’un mètre en élévation).

Samut el-Beda - Cabanes du Nouvel Empire visibles sur les photos satellites
Samut el-Beda – Cabanes du Nouvel Empire visibles sur les photos satellites (© MAFDO)

Une telle concentration de vestiges pharaoniques bien conservés est rare dans le désert Oriental, où les sites d’exploitation sont plus souvent associés à des campements disséminés sur la zone d’exploitation et ne comptant que quelques dizaines d’abris, comme dans le Ouadi Dara à l’Ancien Empire. Peu de campements miniers du Nouvel Empire ont été préservés jusqu’à nos jours. On peut toutefois mettre en parallèle le site de Samut el-Beda avec celui de Fattiri, une zone d’exploitation de l’or alluvionnaire, où trois campements du Nouvel Empire pouvaient accueillir une centaine de personnes.

Malgré l’intérêt notable du site de Samut el-Beda, une fouille exhaustive ne peut être entamée par la mission du désert Oriental. En effet, il est très vaste (il s’étend sur près de 1 km de long) et la priorité de l’équipe est pour le moment d’étudier les vestiges voisins datés de l’époque ptolémaïque, qui sont en voie de destruction rapide.

Il s’est donc avéré nécessaire de trouver un moyen de recueillir des informations sur ce site en ne travaillant que peu de temps sur le terrain. La solution qui s’est imposée fût de travailler sur des photos satellites dans le but de créer un SIG (Système d’Information Géographique), c’est-à-dire un fichier informatique réunissant une carte géoréférencée du site et des données associées, stockées dans une table attributaire. Il s’agissait ainsi de documenter le site au mieux, avant de réaliser des observations sur le terrain en janvier 2015 et d’éventuellement effectuer quelques sondages lors des prochaines campagnes.

La création du SIG a été confiée à Alexandre Rabot, Assistant-Ingénieur en Archéologie (Lyon 2, HiSoMA), et Isabelle Goncalves, étudiante en égyptologie (Lyon 2). Cette étape préalable à la fouille a permis d’extraire certaines données des photos satellites et de définir les informations devant être recueillies sur le terrain par la suite.

Contenu du SIG

Le SIG a été conçu avec le logiciel ArcGIS. Ce logiciel présente l’avantage de fournir des images satellites et des fonds de cartes sur lesquelles il est possible de caler et géoréférencer des photos, des cartes et des plans provenant d’autres sources en utilisant des repères visibles à la fois sur les documents et sur le fond de carte. Les images satellites fournies par le logiciel n’étant pas suffisamment de bonne qualité pour l’étude, il a été décidé d’utiliser des photos satellites du site Bing Maps et de les géoréférencer dans le SIG.

Image satellite fournie par ArcGIS
Image satellite fournie par ArcGIS (© MAFDO)
Photos satellites récupérées sur Bing Maps et géoréférencées
Photos satellites récupérées sur Bing Maps et géoréférencées (© MAFDO)

À partir de ces photos, les éléments visibles ont été dessinés : les cabanes composant le campement, les limites naturelles des ouadis, les probables pistes anthropiques.

Limite des ouadis (rouge) et pistes anthropiques (bleu)
Limite des ouadis (rouge) et pistes anthropiques (bleu) © MAFDO
Dessin des cabanes du Nouvel Empire
Dessin des cabanes du Nouvel Empire (© MAFDO)

Chaque caractéristique (point, ligne) étant relié à une table attributaire, il est possible de caractériser et de décrire tous les éléments repérés et dessinés. Ainsi, chaque cabane a été numérotée. On a noté sa position géographique, sur les reliefs ou dans le ouadi. Une altitude approximative a été récupérée sur le site internet www.daflogic.com (selon les informations fournies par Google Maps). Le nombre de pièces visibles ainsi que la surface estimable des cabanes ont également été intégrés aux informations. Les bâtiments n’étant pas toujours bien visibles, un degré de fiabilité a été associé aux tracés.

Table d’attributs associée aux cabanes
Table d’attributs associée aux cabanes (© MAFDO)

De plus, ont été prévus des attributs ne pouvant être observés que lors de relevés sur le terrain, tels que l’état de conservation des constructions, la présence de matériel archéologique, ainsi que la hauteur maximale des murs conservés.

Enfin, certaines photos prises lors de la prospection en 2014 ont pu être localisées sur la carte et intégrées au SIG. D’autres photos prises sur le terrain lors de la campagne de janvier 2015 seront ajoutées par la suite.

Localisation des photos prises sur le terrain
Localisation des photos prises sur le terrain (© MAFDO)
Samut el-Beda - Vue d'une cabane, janvier 2014 (© MAFDO)
Samut el-Beda – Vue d’une cabane, janvier 2014 (© MAFDO)

Conclusion

L’utilisation des photos satellites lors de l’étude d’un site est devenue chose courante en archéologie. Leur analyse permet, en particulier, de préparer les campagnes de terrain, notamment pour repérer les principales structures et pour créer un premier relevé topographique de la zone. Il est important d’allier cette technique avec la fouille et d’effectuer un dialogue constant entre les deux afin d’affiner et de vérifier les informations. Sachant qu’il est particulièrement difficile d’extraire des données pertinentes de photos satellites sans avoir vu le terrain au préalable, la tentative ici présentée permettra de déterminer dans quelle mesure l’étude des photos satellites a pu apporter des informations et faire gagner du temps aux équipes de fouilles. Ce travail sera fait au retour de la mission de janvier 2015.

Film sur la mission de janvier 2014

Alors que la campagne 2014-2015 vient de démarrer à Samut, le deuxième film réalisé par Thomas Faucher et Gaël Pollin sur la mission du désert Oriental vient d’être mis en ligne ; il est visible ici.

Film2

Il présente les travaux de l’équipe sur les deux sites de Samut nord et Bir Samut. Il montre aussi les diverses spécialités exercées par les chercheurs qui participent à la mission : fouille stratigraphique, déchiffrement des ostraca, analyse des végétaux, exploration spéléologique des mines, etc…

Film_bandeau2

 

Carnets de la mission archéologique française du désert Oriental