Conférence de Thomas Faucher sur l’or de Samut à Bruxelles

feu2Le 3 octobre prochain, Thomas Faucher présentera une conférence intitulée « La chaîne opératoire de la production de l’or : expérimentations autour du site de Bi’r Samut (Désert oriental, Égypte)« .

Cadre :  conférence internationale Non-ferrous Metals Metallurgy and Experimental Archaeology, 3 et 4 octobre 2015, Bruxelles, Muséum d’Art et d’Histoire, Parc du Cinquantenaire.

Le programme est disponible ici :  Program ICA October 2015

Relevés dans le wadi Samut el-Beda

Par Alexandre Rabot, archéologue, membre de la MAFDO et du laboratoire HiSoMA (Lyon 2, CNRS, UMR 5189)

La mission archéologique française du désert Oriental s’attache actuellement à l’étude du district minier de Samut. Si son attention est partiellement concentrée sur les secteurs de Bi’r Samut et de Samut Nord, qui concentrent des vestiges d’époque ptolémaïque, elle n’oublie pas que les traces d’occupation sont nombreuses, antérieures ou postérieures à cette période d’apogée de l’occupation de la région. Nombreuses mais fragilisées par l’activité humaine qui a redoublé ces dernières années dans cette partie du désert.

Au nord-ouest de Samut Nord, s’entend le wadi connu sous le nom de Samut el-Beda. Cette vallée et ses vallons secondaires accueillent une concentration exceptionnelle de structures (plus de 200, à première vue), dont la plupart se présente sous la forme de cabanes ou d’abris de pierre sèche à une et, plus rarement, deux ou trois pièces. Ces structures composent un campement minier de près d’un kilomètre de long, qui a très vraisemblablement abrité, sans doute de manière saisonnière, des mineurs venus exploiter l’or du district de Samut. Au regard des témoignages céramiques recueillis en surface, cette occupation remonte au Nouvel Empire.

Vue du wadi Samut el-Beda depuis l'est. Au premier plan, des cabanes de grande taille (© B. Redon, MAFDO)
Vue du wadi Samut el-Beda depuis l’est. Au premier plan, des cabanes de grande taille (© B. Redon, MAFDO)

Si cette période n’est pas celle qui fait l’objet de l’étude principale de la mission, la richesse des données et leur mise en danger a poussé l’équipe à entamer un inventaire détaillé de l’information archéologique immédiatement accessible. Et ce via un relevé topographique détaillé des structures (abris, cabanes) et des traces d’activité qui les accompagnent (outils de concassage principalement).

Pour faciliter et optimiser le travail de terrain, Alexandre Rabot a proposé d’établir une pré-cartographie des structures (dénommées SEB + numéro d’inventaire) à partir des images satellites habituellement disponibles. Cette carte devait permettre de distinguer des secteurs, d’évaluer le nombre de structures, de leur attribuer un identifiant, etc. La précision des images permettait de dessiner, dans ses grandes lignes, le plan de chaque cabane/abri, de définir quelques attributs pouvant être aisément renseignés (nombre apparent de pièces, situation orographique, altitude approximative, orientation etc.).

Par ailleurs, Bérangère Redon avait effectué, en janvier 2014, une rapide couverture photographique de certaines structures (SEB 134, 140, 146, 149 et 152) : une confrontation était alors possible entre ce qui est visible au sol et ce qui est lisible via l’aérien.

Un test, assez convaincant, a été effectué sur une trentaine de structures et la démarche a été validée à l’automne 2014. C’est ainsi qu’Isabelle Goncalvès, étudiante en égyptologie, mobilisée par la question de l’occupation humaine et des déplacements dans les déserts égyptiens, a effectué, en décembre 2014, la pré-cartographie complète de la zone (218 structures sur une surface de plus de 20 hectares). Pour une présentation des résultats et de la méthode, voir le billet de ce blog intitulé « Photo-interprétation du site pharaonique de Samut el-Beda ».

Un secteur, particulièrement riche et complexe, se détacha clairement. Au centre de la zone, la distribution des abris (ailleurs simplement disposés de part et d’autre du vallon) se complexifie. On repéra également la présence d’un hameau dans un wadi secondaire à l’E. (SEB 146 à SEB-159) et d’un îlot, densément occupé, sur une faible hauteur, au milieu du wadi principal (SEB-109 à SEB-121).

Relevé du secteur central du wadi Samut el-Beda (1:2000 ; relevé J. Marchand, A. Rabot ; SIG A. Rabot, © MAFDO)En janvier 2015, la mission a repris le travail de terrain dans le désert ; l’équipe (archéologues, topographe, céramologue) s’est rendue sur les lieux pour affiner le repérage et débattre de la marche à suivre.

Le relevé a été conduit par Alexandre Rabot, avec l’aide de Julie Marchand, céramologue. Ils ont été accompagnés, durant les deux premiers jours, par Olivier Onézime (topographe de l’IFAO) qui avait accueilli Alexandre Rabot au Caire pendant deux jours avant la mission pour une première prise en main du matériel. L’IFAO a mis à disposition de l’équipe du désert Oriental un couple de GPS Trimble GeoXH, permettant de disposer d’une base fixe (pour la correction différentielle des données) et d’un mobile pour les relevés.

Le travail réalisé par Alexandre et Julie a eu deux objectifs principaux :

–   ne pas simplifier les structures (les deux parements d’un mur ont été notés indépendamment, ainsi que les principales ruptures dans l’appareillage) et ne pas les ‘restituer hâtivement’ (les parements non visibles n’ont pas été complétés) ; les portes ou passages, quand ils étaient clairement identifiables (présence de chambranle, de seuil), ont été notés explicitement pour les différencier des simples lacunes etc. ;

–   enregistrer, de la façon la plus exhaustive possible, la présence et la dispersion des éléments visibles de concassage.

Par ailleurs, suite à diverses visites sur le lieu, un dictionnaire d’attributs détaillé a été constitué (implanté dans le GPS mobile) permettant de bien informer les différentes caractéristiques des structures relevées et de disposer d’une base de données immédiatement issue du relevé.

Le relevé/inventaire a pu débuter…

Opération de relevé topographique au GPS dans le désert Oriental (© Alexandre Rabot, MAFDO)
Opération de relevé topographique au GPS dans le désert Oriental (© Alexandre Rabot, MAFDO)

En quelques jours, la partie centrale du wadi a été couverte. La pré-cartographie, établie en amont, a alors démontré toute son utilité ; elle a pu rendre le travail plus stratégique (choisir le bon secteur pour disposer d’un échantillon permettant à la réflexion collective de bien s’amorcer) et systématique (ne pas oublier une structure, ne pas les confondre etc.).

Au terme de trois semaines d’intenses marches dans le désert, le relevé est loin d’être exhaustif mais, déjà, il offre un bon support de questionnement (distribution des structures, typologie, cheminement, lien organisationnel éventuel entre les structures…).

Relevé du centre du wadi Samut el-Beda ; structures et distribution des éléments de concassage (1 :750 ; relevé J. Marchand, A. Rabot ; SIG A. Rabot)La mission de janvier 2016 donnera l’occasion de poursuivre ce travail …

Pour citer cet article: Mission archéologique française du désert Oriental, "Relevés dans le wadi Samut el-Beda," in Désert Oriental, septembre 8, 2015, http://desorient.hypotheses.org/495.