Archives de catégorie : Opérations de terrain

Un cerf-volant dans le désert …

Article d’Alexandre Rabot, originellement paru sur le site du laboratoire HiSoMA : http://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/zoom-sur/cerf-volant-dans-le-desert

La Mission Archéologique Française du Désert Oriental, MAFDO, dirigée par Bérangère Redon (HiSoMA) et Thomas Faucher (Iramat-CEB), étudie actuellement le grand axe de circulation NO-SE qui reliait, à l’époque ptolémaïque, la vallée du Nil (Edfou) et le port de Bérénice, sur la mer Rouge, et tout particulièrement, les fortins qui assuraient son fonctionnement et sa sécurité.

Ces derniers jalonnent régulièrement le tracé de la piste antique et recèlent une documentation archéologique exceptionnelle (ostraca, ensembles céramiques extrêmement riches et homogènes, restes végétaux…).

La documentation de ces forts (Bir Samut puis Abbad) mobilise divers outils dont la photographie aérienne par cerf-volant. Cette technique est apparue très tôt dans l’histoire de la photographie (Arthur Batut, 1888). Elle reste encore aujourd’hui adaptée à de nombreuses situations de terrain, dont l’Égypte, pays qui accorde difficilement des permis pour l’utilisation de drones scientifiques.

Cet outil, assez simple de mise en œuvre, permet d’obtenir des clichés de basse altitude, qui peuvent être utilisés tels quels (photographies illustratives) ou servir de matériel pour des traitements plus complexes, mobilisant la géolocalisation et les SIG, la 3D…

Il reste encore aujourd’hui adapté à de nombreuses situations de terrain. Dont l’Égypte, pour des raisons aussi bien administratives que techniques. Ce pays en effet n’accorde pas de permis pour l’utilisation de drones (le drone étant assimilé, dans cet état sous autorité militaire, à un appareil d’observation) ou de matériel intégrant de l’électronique (émission d’ondes).

Par ailleurs, le cerf-volant est particulièrement adapté à des paysages très ouverts, à faible occupation humaine, libres de végétation et de construction.

Le désert Oriental lui offre donc un cadre d’application assez idéal. Le site d’Abbad (33.087089 E, 25.050066 N) à 25 km à l’est d’Edfou, a fait l’objet d’une prospection puis d’une fouille archéologique en janvier 2017.

La photographie par cerf-volant, mise en œuvre par Alexandre Rabot (HiSoMA) et Gaël  Pollin (IFAO), a permis, entre autres, de réaliser des ortho-images très précises du fort à différentes étapes de la fouille et des modèles numériques de terrain (MNT) de son environnement.

Alors que les sites sont fréquemment menacés par des activités humaines toujours plus étendues, ces prises de vue permettent de conserver une mémoire visuelle élargie de restes archéologiques hélas appelés à disparaître…

© A. Rabot, HiSoMA/MAFDO

Illustrations

Fig. 1 – Le cerf-volant et les deux opérateurs (cliché J. Marchand, HiSoMA/MAFDO)
Fig. 2 – Ortho-image du fort d’Abbad, Gouvernorat de la mer Rouge, Égypte (document A. Rabot, HiSoMA/MAFDO)

Bibliographie

O. Barge, E. Regagnon, Vol au-dessus d’un tas de cailloux : l’usage en archéologie de photographies réalisées avec un cerf-volant (.pdf)

Relevés dans le wadi Samut el-Beda

Par Alexandre Rabot, archéologue, membre de la MAFDO et du laboratoire HiSoMA (Lyon 2, CNRS, UMR 5189)

La mission archéologique française du désert Oriental s’attache actuellement à l’étude du district minier de Samut. Si son attention est partiellement concentrée sur les secteurs de Bi’r Samut et de Samut Nord, qui concentrent des vestiges d’époque ptolémaïque, elle n’oublie pas que les traces d’occupation sont nombreuses, antérieures ou postérieures à cette période d’apogée de l’occupation de la région. Nombreuses mais fragilisées par l’activité humaine qui a redoublé ces dernières années dans cette partie du désert.

Au nord-ouest de Samut Nord, s’entend le wadi connu sous le nom de Samut el-Beda. Cette vallée et ses vallons secondaires accueillent une concentration exceptionnelle de structures (plus de 200, à première vue), dont la plupart se présente sous la forme de cabanes ou d’abris de pierre sèche à une et, plus rarement, deux ou trois pièces. Ces structures composent un campement minier de près d’un kilomètre de long, qui a très vraisemblablement abrité, sans doute de manière saisonnière, des mineurs venus exploiter l’or du district de Samut. Au regard des témoignages céramiques recueillis en surface, cette occupation remonte au Nouvel Empire.

Vue du wadi Samut el-Beda depuis l'est. Au premier plan, des cabanes de grande taille (© B. Redon, MAFDO)
Vue du wadi Samut el-Beda depuis l’est. Au premier plan, des cabanes de grande taille (© B. Redon, MAFDO)

Si cette période n’est pas celle qui fait l’objet de l’étude principale de la mission, la richesse des données et leur mise en danger a poussé l’équipe à entamer un inventaire détaillé de l’information archéologique immédiatement accessible. Et ce via un relevé topographique détaillé des structures (abris, cabanes) et des traces d’activité qui les accompagnent (outils de concassage principalement).

Pour faciliter et optimiser le travail de terrain, Alexandre Rabot a proposé d’établir une pré-cartographie des structures (dénommées SEB + numéro d’inventaire) à partir des images satellites habituellement disponibles. Cette carte devait permettre de distinguer des secteurs, d’évaluer le nombre de structures, de leur attribuer un identifiant, etc. La précision des images permettait de dessiner, dans ses grandes lignes, le plan de chaque cabane/abri, de définir quelques attributs pouvant être aisément renseignés (nombre apparent de pièces, situation orographique, altitude approximative, orientation etc.).

Par ailleurs, Bérangère Redon avait effectué, en janvier 2014, une rapide couverture photographique de certaines structures (SEB 134, 140, 146, 149 et 152) : une confrontation était alors possible entre ce qui est visible au sol et ce qui est lisible via l’aérien.

Un test, assez convaincant, a été effectué sur une trentaine de structures et la démarche a été validée à l’automne 2014. C’est ainsi qu’Isabelle Goncalvès, étudiante en égyptologie, mobilisée par la question de l’occupation humaine et des déplacements dans les déserts égyptiens, a effectué, en décembre 2014, la pré-cartographie complète de la zone (218 structures sur une surface de plus de 20 hectares). Pour une présentation des résultats et de la méthode, voir le billet de ce blog intitulé « Photo-interprétation du site pharaonique de Samut el-Beda ».

Un secteur, particulièrement riche et complexe, se détacha clairement. Au centre de la zone, la distribution des abris (ailleurs simplement disposés de part et d’autre du vallon) se complexifie. On repéra également la présence d’un hameau dans un wadi secondaire à l’E. (SEB 146 à SEB-159) et d’un îlot, densément occupé, sur une faible hauteur, au milieu du wadi principal (SEB-109 à SEB-121).

Relevé du secteur central du wadi Samut el-Beda (1:2000 ; relevé J. Marchand, A. Rabot ; SIG A. Rabot, © MAFDO)En janvier 2015, la mission a repris le travail de terrain dans le désert ; l’équipe (archéologues, topographe, céramologue) s’est rendue sur les lieux pour affiner le repérage et débattre de la marche à suivre.

Le relevé a été conduit par Alexandre Rabot, avec l’aide de Julie Marchand, céramologue. Ils ont été accompagnés, durant les deux premiers jours, par Olivier Onézime (topographe de l’IFAO) qui avait accueilli Alexandre Rabot au Caire pendant deux jours avant la mission pour une première prise en main du matériel. L’IFAO a mis à disposition de l’équipe du désert Oriental un couple de GPS Trimble GeoXH, permettant de disposer d’une base fixe (pour la correction différentielle des données) et d’un mobile pour les relevés.

Le travail réalisé par Alexandre et Julie a eu deux objectifs principaux :

–   ne pas simplifier les structures (les deux parements d’un mur ont été notés indépendamment, ainsi que les principales ruptures dans l’appareillage) et ne pas les ‘restituer hâtivement’ (les parements non visibles n’ont pas été complétés) ; les portes ou passages, quand ils étaient clairement identifiables (présence de chambranle, de seuil), ont été notés explicitement pour les différencier des simples lacunes etc. ;

–   enregistrer, de la façon la plus exhaustive possible, la présence et la dispersion des éléments visibles de concassage.

Par ailleurs, suite à diverses visites sur le lieu, un dictionnaire d’attributs détaillé a été constitué (implanté dans le GPS mobile) permettant de bien informer les différentes caractéristiques des structures relevées et de disposer d’une base de données immédiatement issue du relevé.

Le relevé/inventaire a pu débuter…

Opération de relevé topographique au GPS dans le désert Oriental (© Alexandre Rabot, MAFDO)
Opération de relevé topographique au GPS dans le désert Oriental (© Alexandre Rabot, MAFDO)

En quelques jours, la partie centrale du wadi a été couverte. La pré-cartographie, établie en amont, a alors démontré toute son utilité ; elle a pu rendre le travail plus stratégique (choisir le bon secteur pour disposer d’un échantillon permettant à la réflexion collective de bien s’amorcer) et systématique (ne pas oublier une structure, ne pas les confondre etc.).

Au terme de trois semaines d’intenses marches dans le désert, le relevé est loin d’être exhaustif mais, déjà, il offre un bon support de questionnement (distribution des structures, typologie, cheminement, lien organisationnel éventuel entre les structures…).

Relevé du centre du wadi Samut el-Beda ; structures et distribution des éléments de concassage (1 :750 ; relevé J. Marchand, A. Rabot ; SIG A. Rabot)La mission de janvier 2016 donnera l’occasion de poursuivre ce travail …

Pour citer cet article: Mission archéologique française du désert Oriental, "Relevés dans le wadi Samut el-Beda," in Désert Oriental, septembre 8, 2015, http://desorient.hypotheses.org/495.

Photo-interprétation du site pharaonique de Samut el-Beda

Étude réalisée par Alexandre Rabot (HiSoMA) et Isabelle Goncalves (Lyon 2), sous la direction de Bérangère Redon (HiSoMA)

Introduction

Lors des travaux de terrain menés au mois de janvier 2014, un campement datant apparemment du Nouvel Empire, d’après les premiers diagnostics de la céramique de surface, a été repéré à environ 1 km au nord-ouest de Samut Nord. Il est signalé par R. & D. Klemm dans leur ouvrage paru en 2013, mais aucun relevé n’en a été à ce jour effectué et aucune opération archéologique n’y a été menée. La découverte de meules lors de la prospection permet de mettre ce campement en relation avec l’exploitation de l’or (probablement alluvionnaire).

Cet ensemble de cabanes est particulièrement remarquable par son ampleur (plus de 200 constructions), ainsi que par la bonne préservation de ses vestiges (les murs sont parfois conservés sur près d’un mètre en élévation).

Samut el-Beda - Cabanes du Nouvel Empire visibles sur les photos satellites
Samut el-Beda – Cabanes du Nouvel Empire visibles sur les photos satellites (© MAFDO)

Une telle concentration de vestiges pharaoniques bien conservés est rare dans le désert Oriental, où les sites d’exploitation sont plus souvent associés à des campements disséminés sur la zone d’exploitation et ne comptant que quelques dizaines d’abris, comme dans le Ouadi Dara à l’Ancien Empire. Peu de campements miniers du Nouvel Empire ont été préservés jusqu’à nos jours. On peut toutefois mettre en parallèle le site de Samut el-Beda avec celui de Fattiri, une zone d’exploitation de l’or alluvionnaire, où trois campements du Nouvel Empire pouvaient accueillir une centaine de personnes.

Malgré l’intérêt notable du site de Samut el-Beda, une fouille exhaustive ne peut être entamée par la mission du désert Oriental. En effet, il est très vaste (il s’étend sur près de 1 km de long) et la priorité de l’équipe est pour le moment d’étudier les vestiges voisins datés de l’époque ptolémaïque, qui sont en voie de destruction rapide.

Il s’est donc avéré nécessaire de trouver un moyen de recueillir des informations sur ce site en ne travaillant que peu de temps sur le terrain. La solution qui s’est imposée fût de travailler sur des photos satellites dans le but de créer un SIG (Système d’Information Géographique), c’est-à-dire un fichier informatique réunissant une carte géoréférencée du site et des données associées, stockées dans une table attributaire. Il s’agissait ainsi de documenter le site au mieux, avant de réaliser des observations sur le terrain en janvier 2015 et d’éventuellement effectuer quelques sondages lors des prochaines campagnes.

La création du SIG a été confiée à Alexandre Rabot, Assistant-Ingénieur en Archéologie (Lyon 2, HiSoMA), et Isabelle Goncalves, étudiante en égyptologie (Lyon 2). Cette étape préalable à la fouille a permis d’extraire certaines données des photos satellites et de définir les informations devant être recueillies sur le terrain par la suite.

Contenu du SIG

Le SIG a été conçu avec le logiciel ArcGIS. Ce logiciel présente l’avantage de fournir des images satellites et des fonds de cartes sur lesquelles il est possible de caler et géoréférencer des photos, des cartes et des plans provenant d’autres sources en utilisant des repères visibles à la fois sur les documents et sur le fond de carte. Les images satellites fournies par le logiciel n’étant pas suffisamment de bonne qualité pour l’étude, il a été décidé d’utiliser des photos satellites du site Bing Maps et de les géoréférencer dans le SIG.

Image satellite fournie par ArcGIS
Image satellite fournie par ArcGIS (© MAFDO)
Photos satellites récupérées sur Bing Maps et géoréférencées
Photos satellites récupérées sur Bing Maps et géoréférencées (© MAFDO)

À partir de ces photos, les éléments visibles ont été dessinés : les cabanes composant le campement, les limites naturelles des ouadis, les probables pistes anthropiques.

Limite des ouadis (rouge) et pistes anthropiques (bleu)
Limite des ouadis (rouge) et pistes anthropiques (bleu) © MAFDO
Dessin des cabanes du Nouvel Empire
Dessin des cabanes du Nouvel Empire (© MAFDO)

Chaque caractéristique (point, ligne) étant relié à une table attributaire, il est possible de caractériser et de décrire tous les éléments repérés et dessinés. Ainsi, chaque cabane a été numérotée. On a noté sa position géographique, sur les reliefs ou dans le ouadi. Une altitude approximative a été récupérée sur le site internet www.daflogic.com (selon les informations fournies par Google Maps). Le nombre de pièces visibles ainsi que la surface estimable des cabanes ont également été intégrés aux informations. Les bâtiments n’étant pas toujours bien visibles, un degré de fiabilité a été associé aux tracés.

Table d’attributs associée aux cabanes
Table d’attributs associée aux cabanes (© MAFDO)

De plus, ont été prévus des attributs ne pouvant être observés que lors de relevés sur le terrain, tels que l’état de conservation des constructions, la présence de matériel archéologique, ainsi que la hauteur maximale des murs conservés.

Enfin, certaines photos prises lors de la prospection en 2014 ont pu être localisées sur la carte et intégrées au SIG. D’autres photos prises sur le terrain lors de la campagne de janvier 2015 seront ajoutées par la suite.

Localisation des photos prises sur le terrain
Localisation des photos prises sur le terrain (© MAFDO)
Samut el-Beda - Vue d'une cabane, janvier 2014 (© MAFDO)
Samut el-Beda – Vue d’une cabane, janvier 2014 (© MAFDO)

Conclusion

L’utilisation des photos satellites lors de l’étude d’un site est devenue chose courante en archéologie. Leur analyse permet, en particulier, de préparer les campagnes de terrain, notamment pour repérer les principales structures et pour créer un premier relevé topographique de la zone. Il est important d’allier cette technique avec la fouille et d’effectuer un dialogue constant entre les deux afin d’affiner et de vérifier les informations. Sachant qu’il est particulièrement difficile d’extraire des données pertinentes de photos satellites sans avoir vu le terrain au préalable, la tentative ici présentée permettra de déterminer dans quelle mesure l’étude des photos satellites a pu apporter des informations et faire gagner du temps aux équipes de fouilles. Ce travail sera fait au retour de la mission de janvier 2015.

Première campagne de fouille à Samut – 13 janvier-6 février 2014

La première campagne de fouille de notre équipe dans le district de Samut s’est déroulée du 13 janvier au 6 février 2014. Elle a été précédée d’une mission photographique dans les réserves du magasin du CSA à Kuft, du 20 décembre 2013 au 16 janvier 2014.

En raison de destructions récentes qui ont touché les deux sites majeurs du district (Samut nord et Bir Samut), nous avons dû adapter notre programme au contexte et fouiller en priorité les vestiges les plus menacés d’une disparition rapide.

1. Travaux de terrain
Nous avons ainsi concentré nos efforts sur :
– les dépotoirs de Bir Samut, sous la direction de Jean-Pierre Brun et du raïs Baghdadi Mohamed Abdallah ;

Vue satellitaire de Bir Samut (cliché Geo-Eye1) avec la localisation des dépotoirs et des traces de pelles mécaniques (©mission française du désert Oriental)
Vue satellitaire de Bir Samut (cliché Geo-Eye1) avec la localisation des dépotoirs et des traces de pelles mécaniques (© mission française du désert Oriental)

– le bâtiment 1 de Samut nord, fouillé par Thomas Faucher et Bérangère Redon ;
– quelques installations techniques (four, forge, laveries ?) de Samut nord, étudiées par Jean-Pierre Brun et Thomas Faucher, avec l’aide de Florian Téreygeol, Adrien Arles et Joseph Gauthier ;

Localisation des zones fouillées à Samut nord lors de la mission 2014 (mission française du désert Oriental, fond : cliché GeoEye 1)
Localisation des zones fouillées à Samut nord lors de la mission 2014 (mission française du désert Oriental, fond : cliché GeoEye 1)

– la mine de Samut nord, explorée et relevée (en photogrammétrie) par Florian Téreygeol, Adrien Arles et Joseph Gauthier.

Descente dans la mine de Samut nord (© B. Redon, mission française du désert Oriental)

Vue de l'intérieur de la mine de Samut nord (© A. Arles, mission française du désert Oriental)
Vue de l’intérieur de la mine de Samut nord (© A. Arles, mission française du désert Oriental)

 Olivier Onézime a effectué le relevé topographique des deux sites ; il a aussi fait, avec Gaël Pollin, deux relevés photogrammétriques d’une porte, trouvée en place dans le bâtiment 1 de Samut nord, et de la cuisine de ce même bâtiment. Gaël Pollin a également réalisé un film sur nos travaux.

La cuisine du bâtiment 1 de Samut nord (© O. Onézime, Gaël Pollin, mission française du désert Oriental)
La cuisine du bâtiment 1 de Samut nord (© O. Onézime, Gaël Pollin, mission française du désert Oriental)

2. Étude du matériel
Un peu plus de 400 ostraca, dont la moitié sont écrits en grec, et l’autre moitié en démotique, ont été mis au jour, principalement dans les dépotoirs de Bir Samut. Ils ont été déchiffrés par Adam Bülow-Jacobsen, Marie-Pierre Chaufray et Hélène Cuvigny. Encore en cours d’analyse, ce sont essentiellement des comptes (de nourriture, d’eau), des listes de noms et des lettres.
Le matériel céramique de Samut nord a été étudié par Jean-Pierre Brun, avec l’aide de Khaled Zaza pour les dessins. La céramique de Bir Samut sera étudiée par Jennifer Gates-Foster au cours de l’année.

Amphore - Samut nord, salle 23 (© Adam Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)
Amphore (© Adam Bülow-Jacobsen, mission française du désert Oriental)

Charlène Bouchaud enfin a pris en charge l’étude des macro-restes végétaux de Samut (charbons de bois, restes de fruits et de graines). Après avoir tamisé les échantillons prélevés par les archéologues (et constitués essentiellement de cendres et de « soil samples » prélevés dans les fours du bâtiment 1 de Samut nord et dans les dépotoirs de Bir Samut), elle a procédé à une première analyse des restes carbonisés ou desséchés à l’œil nu puis à la loupe binoculaire. Pour permettre des analyses plus fines, 77 échantillons ont ensuite été exportés au laboratoire d’analyse des matériaux de l’IFAO.

Prélèvement de cendres dans la salle 126 du bâtiment 1 (© B. Redon, mission française du désert Oriental)
Prélèvement de cendres dans la salle 126 du bâtiment 1 (© B. Redon, mission française du désert Oriental)

3. Équipe (pour une présentation plus détaillée, voir la page « Membres« )
 Pour cette mission 2013-2014, l’équipe était constituée de :

  • Bérangère Redon (directrice, archéologue, CNRS, HiSoMA, Lyon) ;
  • Thomas Faucher (directeur adjoint, archéologue, numismate, CNRS, IRAMAT, Orléans) ;
  • Adrien Arles (archéométallurgiste, spéléologue, responsable d’opération, ARKEMINE Sarl) ;
  • Charlène Bouchaud (archéobotaniste, Museum national d’histoire naturelle, Paris) ;
  • Adam Bülow-Jacobsen (papyrologue, photographe) ;
  • Jean-Pierre Brun (archéologue, céramologue, Collège de France) ;
  • Marie-Pierre Chaufray (papyrologue, université de Bordeaux) ;
  • Hélène Cuvigny (papyrologue, CNRS, IRHT, Paris) ;
  • Joseph Gauthier (archéométallurgiste, spéléologue, post-doctorant, universités de Haute Alsace et de Bochum) ;
  • Olivier Onézime (topographe, IFAO) ;
  • Gaël Pollin (photographe, IFAO) ;
  • Florian Téreygeol (archéométallurgiste, spéléologue, CNRS, IRAMAT UMR 5060, Belfort) ;
  • Khaled Zaza (dessinateur, IFAO).

Mahmoud Ahmed Hussein représentait le Conseil Suprême des Antiquités. Par ailleurs, 21 ouvriers ont travaillé sous la direction de Baghdadi Mohamed Abdallah. 

La mission était financée par le Ministère français des affaires étrangères, l’Institut français d’archéologie orientale ; nous avons aussi reçu le soutien financier de l’UMR 5189 du CNRS (HiSoMA) et du programme AGRUMED (projet EnviMed coordonné par V. Zech-Matterne, UMR 7209 du CNRS). Enfin, nous remercions la société ARKEMINE Sarl d’avoir permis à Adrien Arles de travailler pendant 15 jours pour la mission du désert Oriental.

Logo_MAEELogo_Ifaologologo-arkemine-agrandi

 

Première campagne à Samut – prospections

La première campagne sur la région de Samut a été menée en janvier 2013. Elle avait pour but de préparer les fouilles, qui démarreront en décembre 2013-janvier 2014. Elle a permis de prospecter une zone de 100 km2 autour de Bi’r Samut, afin de cartographier tous les vestiges d’époque antique (fortins, entrées de mine, baraques de mineurs, zones de travail du minerai etc.). Elle a aussi été l’occasion d’effectuer le relevé topographique des vestiges de Samut Nord, et d’un village de mineurs remontant à la fin de l’Antiquité/début de l’époque arabe.

IMG_9474
Vue du site de Bi’r Samut