Tous les articles par Bérangère Redon

Un cerf-volant dans le désert …

Article d’Alexandre Rabot, originellement paru sur le site du laboratoire HiSoMA : http://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/zoom-sur/cerf-volant-dans-le-desert

La Mission Archéologique Française du Désert Oriental, MAFDO, dirigée par Bérangère Redon (HiSoMA) et Thomas Faucher (Iramat-CEB), étudie actuellement le grand axe de circulation NO-SE qui reliait, à l’époque ptolémaïque, la vallée du Nil (Edfou) et le port de Bérénice, sur la mer Rouge, et tout particulièrement, les fortins qui assuraient son fonctionnement et sa sécurité.

Ces derniers jalonnent régulièrement le tracé de la piste antique et recèlent une documentation archéologique exceptionnelle (ostraca, ensembles céramiques extrêmement riches et homogènes, restes végétaux…).

La documentation de ces forts (Bir Samut puis Abbad) mobilise divers outils dont la photographie aérienne par cerf-volant. Cette technique est apparue très tôt dans l’histoire de la photographie (Arthur Batut, 1888). Elle reste encore aujourd’hui adaptée à de nombreuses situations de terrain, dont l’Égypte, pays qui accorde difficilement des permis pour l’utilisation de drones scientifiques.

Cet outil, assez simple de mise en œuvre, permet d’obtenir des clichés de basse altitude, qui peuvent être utilisés tels quels (photographies illustratives) ou servir de matériel pour des traitements plus complexes, mobilisant la géolocalisation et les SIG, la 3D…

Il reste encore aujourd’hui adapté à de nombreuses situations de terrain. Dont l’Égypte, pour des raisons aussi bien administratives que techniques. Ce pays en effet n’accorde pas de permis pour l’utilisation de drones (le drone étant assimilé, dans cet état sous autorité militaire, à un appareil d’observation) ou de matériel intégrant de l’électronique (émission d’ondes).

Par ailleurs, le cerf-volant est particulièrement adapté à des paysages très ouverts, à faible occupation humaine, libres de végétation et de construction.

Le désert Oriental lui offre donc un cadre d’application assez idéal. Le site d’Abbad (33.087089 E, 25.050066 N) à 25 km à l’est d’Edfou, a fait l’objet d’une prospection puis d’une fouille archéologique en janvier 2017.

La photographie par cerf-volant, mise en œuvre par Alexandre Rabot (HiSoMA) et Gaël  Pollin (IFAO), a permis, entre autres, de réaliser des ortho-images très précises du fort à différentes étapes de la fouille et des modèles numériques de terrain (MNT) de son environnement.

Alors que les sites sont fréquemment menacés par des activités humaines toujours plus étendues, ces prises de vue permettent de conserver une mémoire visuelle élargie de restes archéologiques hélas appelés à disparaître…

© A. Rabot, HiSoMA/MAFDO

Illustrations

Fig. 1 – Le cerf-volant et les deux opérateurs (cliché J. Marchand, HiSoMA/MAFDO)
Fig. 2 – Ortho-image du fort d’Abbad, Gouvernorat de la mer Rouge, Égypte (document A. Rabot, HiSoMA/MAFDO)

Bibliographie

O. Barge, E. Regagnon, Vol au-dessus d’un tas de cailloux : l’usage en archéologie de photographies réalisées avec un cerf-volant (.pdf)

Bilan des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte

Un bilan des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte qui se sont déroulées au Caire, à l’Ifao, du 2 au 4 mai dernier, a été publié par Marie-Odile Rousset, chargée de l’organisation de ces journées, sur le blog ArchéOrient.

Durant cette rencontre, Julie Marchand (post-doc HiSoMA) a présenté une communication sur « la réoccupation du désert Oriental au début de l’époque médiévale », en s’appuyant notamment sur les travaux qu’elle a conduits, avec Alexandre Rabot (Lyon 2, HiSoMA) dans le cadre de la MAFDO, dans deux villages de mineurs du district de Samut.

De tristes nouvelles du district de Samut (janvier 2017)

Depuis 2012, le désert Oriental d’Égypte est envahi par des hordes de chercheurs d’or.

Les vestiges antiques, souvent situés à proximité des filons, subissent les conséquences de cette ruée vers l’or et d’irréparables dommages sont actuellement faits au patrimoine égyptien. Plusieurs sites ont été entièrement détruits, notamment le fortin ptolémaïque et les installations pharaoniques de Barramiya.

La disparition du fort de Barramiya, au centre (images satellite GoogleEarth datées de 2010 et 2015)

Les deux sites fouillés par notre mission entre 2014 et 2016, Bi’r Samut et Samut nord, avaient jusque là échappé à des destructions massives, malgré des attaques importantes durant les années 2013 et 2014. Grâce à notre présence sur place et à la collaboration mise en place avec une compagnie minière, nous avions même réussi à stopper des travaux destructeurs sur le site de Samut nord. Durant trois campagnes, nous avons fouillé et documenté du mieux que nous avions pu ces deux sites majeurs pour l’histoire de l’Égypte ptolémaïque, dans des conditions de travail parfois difficiles.

Mais une visite effectuée en janvier 2017 sur les deux sites (alors que nous étions en train de fouiller le fort d’Abbad) nous a permis de constater que les destructions avaient repris. Samut nord, un site minier exceptionnel, équipé de moulins merveilleusement préservés en 2015, est littéralement en train de disparaître, alors que les chercheurs d’or grignotent la montagne avec leurs engins mécaniques.

Le site de Samut, entièrement ravagé par les chercheurs d’or (© MAFDO, G. Pollin, janvier 2017)

Le fortin de Bi’r Samut a aussi été attaqué par les bulldozers. Ce qui était le plus grand et le plus beau fort ptolémaïque du désert n’est aujourd’hui qu’une ruine démembrée.

Le bastion nord de Bi’r Samut, en janvier 2015 et janvier 2017 (© MAFDO, A. Bülow-Jacobsen et G. Pollin)

Si rien n’est fait, ces deux joyaux du patrimoine égyptien auront disparu à jamais dans les prochains mois, de même que de nombreux autres sites du désert.

Le Prix Clio attribué à la mission du désert Oriental

prixclioLe Prix Clio pour la recherche archéologique (1er Prix ex aequo) a été décerné à Bérangère Redon et Thomas Faucher pour soutenir les travaux de la Mission archéologique française du Désert Oriental.

L’équipe de la MAFDO tient à exprimer ses remerciements et sa reconnaissance envers le jury du Prix Clio, présidé par le professeur Jacques des Courtils, assisté des professeurs Pierre Chuvin, Pascal Darcque, Pierre-Louis Gatier, Olivier Picard, Françoise Dunand et Jean Guilaine.

Deux articles sur Samut nord parus dans Egyptian Archaeology

Deux articles sur les installations liées à l’exploitation de l’or à Samut nord ont récemment paru dans les numéros 46 et 48 de la revue Egyptian Archaeology.

Ils peuvent être téléchargés en cliquant sur les liens ci-dessous :

 

Colloque « Les vaisseaux du désert », Lyon, 15-16 sept. 2016

 2016_Lyon_VaisseauxDesert_afficheDamien Agut (ArScAn) et Bérangère Redon (HiSoma) organisent, à Lyon, le colloque international intitulé Présence et usages du chameau (Camelus dromedarius) entre le Tigre et le Nil du milieu du Ier millénaire av. J.-C. à l’époque romaine.

La conférence réunira quatorze chercheurs, philologues, archéologues, archéozoologues et agronome, qui travaillent actuellement en Arabie saoudite, en Égypte et au Proche-Orient. Trois communications seront données par des membres de la mission archéologique française du désert Oriental.


Programme :

Jeudi 15 septembre 2016

  • 9h30 : accueil des participants
  • 10h : discours de bienvenue de Véronique Chankowski, directrice du laboratoire HiSoMA
  • 10h15 : Damien Agut (CNRS, ArScAn), Bérangère Redon (CNRS, HiSoMA), Introduction
  • 10h45 : Laura Cousin (Univ. Paris 1, ArScAn), Le chameau dans le Proche-Orient ancien : présentation des documentations épigraphique et iconographique
  • 11h15 : Pierre-Louis Gatier (CNRS, HiSoMA), Le chameau, bête de somme dans le Proche-Orient hellénistique, romain et protobyzantin
  • 11h45 : Michael Macdonald (Khalili Research Centre, Oriental Institute), ‘Kilroy and his camel’. The dromedary of ancient Arabia in the graffiti of its masters

12h15-14h : pause

  • 14h : Anja Prust, Arnulf Hausleiter (DAI Berlin), Camel exploitation at the oasis of Tayma, Northwest Arabia 
  • 14h30 : Laïla Nehmé (CNRS, Orient et Méditerranée), Le dromadaire dans le domaine nabatéen, état de la question à travers les sources épigraphiques et archéologiques
  • 15h : Jacqueline Studer (Museum d’histoire naturelle de Genève), Les vestiges de camélidés du Levant et d’Arabie : problèmes d’identification et d’interprétation

15h30-16h : pause

  • 16h : Bernard Faye (CIRAD), Du vaisseau du désert à l’animal zootechnique : les mutations actuelles du chameau 

16h30 : discussion

Vendredi 16 septembre 2016

  • 9h : Damien Agut (CNRS, ArScAn), Les gml.w de ‘Ayn Manâwir (oasis de Kharga, Égypte) au Ve siècle av. J.-C. : la plus ancienne attestation d’un camélidé dans la documentation démotique
  • 9h30 : Hélène Cuvigny (CNRS, IRHT), Les chameaux dans les ostraca grecs de Bi’r Samut (désert Oriental d’Égypte)
  • 10h : Marie-Pierre Chaufray (CNRS, Ausonius), Les chameaux dans les ostraca démotiques de Bi’r Samut (désert Oriental d’Égypte)

10h30-11h : pause

  • 11h : Martine Leguilloux (Centre archéologique du Var), Camelus ou Equus : le rôle des dromadaires sur les stathmoi et praesidia du désert Oriental d’Égypte
  • 11h30 : Geneviève Galliano (Musée des Beaux-Arts de Lyon), Les dromadaires en terre cuite de Coptos (Haute-Égypte)

12h : discussion générale et conclusions

Informations complémentaires

Le programme de la rencontre est téléchargeable en suivant le lien suivant : 2016_Lyon_VaisseauxDesert_programme.

Pour plus d’informations : http://www.hisoma.mom.fr/recherche-et-activites/rencontres-scientifiques/les-vaisseaux-du-desert

Conférence de Thomas Faucher à la Maison de l’Or en Limousin

Chalard2Thomas Faucher donnera une conférence intitulée « L’or des rois d’Égypte, d’Alexandre à Cléopâtre », à la Maison de l’Or en Limousin le 25 juin 2016, à 15h.

La Maison de l’Or est située au Chalard, connu pour ses mines d’or qui y furent exploitées dès l’époque gauloise.

Adresse : La Maison de l’Or en Limousin – Rue de Paladas – 87500 LE CHALARD

 

La mission du désert Oriental reçoit le label 2016 de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres

AcademieLors du comité secret du vendredi 11 décembre 2015, l’Académie a décidé, sur proposition de sa commission des recherches archéologiques, d’accorder le label de l’Académie pour l’année 2016 à 15 missions dont les candidatures avaient été proposées par la Commission consultative des Fouilles françaises à l’étranger du Ministère des Affaires étrangères.

LabelLa mission archéologique française du désert Oriental figure parmi les 15 missions sélectionnées.

Pour plus d’informations, cliquez ici.